L’emploi dans le secteur du tourisme dépasse les deux millions de travailleurs, mais les difficultés de recrutement persistent.

PORTRAIT DU MARCHÉ DU TRAVAIL DANS LE SECTEUR DU TOURISME AU CANADA

Le 5 août 2022 — L’emploi dans le secteur du tourisme a connu une évolution positive en juillet, passant à 2 034 400 travailleurs (soit une augmentation de 106 300 ou 5,5 % par rapport au mois précédent). La main-d’œuvre totale en tourisme a pour sa part atteint 2 108 900 travailleurs, ce qui représente un gain presque identique de 106 300 personnes ou 5,3 %. C’est la première fois depuis février 2020 que le gain mensuel de travailleurs en tourisme est tel qu’on dépasse la barre des deux millions de travailleurs. Une tendance qu’on observait pourtant régulièrement avant la pandémie, notamment en 2018 et en 2019. 

Le taux de chômage en tourisme s’est légèrement amélioré en juillet (3,5 %) par rapport au mois précédent (3,7 %). Par rapport à juin, l’emploi a augmenté dans tous les sous-secteurs du tourisme, mais il était nettement plus élevé dans trois des cinq sous-secteurs. En effet, l’emploi a augmenté de 11,6 % dans le sous-secteur des loisirs et divertissements (atteignant 606 500 travailleurs) et le niveau d’emploi a augmenté de 5,0 % et de 4,1 % dans les sous-secteurs des services de voyages et de restauration, respectivement. L’emploi dans l’hébergement (1,1 %) et le transport (1,2 %) a légèrement augmenté, mais est resté relativement stable.

La comparaison des indicateurs d’emploi de juillet 2022 à ceux de juillet 2021 met en évidence d’autres signes positifs pour le marché de l’emploi en tourisme. Par rapport à juillet 2021, on constate en effet une amélioration importante des niveaux d’emploi et du taux de chômage dans tous les sous-secteurs du tourisme. Entre autres, l’emploi dans les sous-secteurs du transport, et des loisirs et divertissements a augmenté de 27,7 % et 25,2 %, respectivement.

Toutefois, en comparaison au même mois avant la pandémie, la main-d’œuvre touristique globale (2 108 900) comptait 223 800 travailleurs de moins en juillet 2022 (soit un recul de 9,6 %) qu’en juillet 2019 (2 332 700). De plus, par rapport à juillet 2019, l’emploi dans le tourisme continue d’être à la traîne. En effet, les données globales sur l’emploi pour juillet 2022 révèlent une perte de 181 500 travailleurs (-8,2 %) par rapport à la base de référence pré-pandémie. Parallèlement, les offres d’emploi au printemps 2022 sont restées élevées dans les sous-secteurs de l’hébergement, de la restauration, et des arts, du divertissement et des loisirs. En mai 2022, on en a enregistré 161 115 offres d’emploi en hébergement et restauration, ainsi que 18 845 dans le secteur des arts, du divertissement et des loisirs.

En résumé, les données de juillet de l’Enquête sur la population active (EPA)[1] révèlent une hausse très attendue de la population active et des niveaux d’emploi dans le secteur du tourisme. Cela dit, dans le contexte où la demande pour des produits et services touristiques continue de croître, les postes vacants demeureront un défi de taille pour le tourisme. Comme la demande de la part des consommateurs et le nombre de voyageurs augmenteront pendant la période de pointe estivale, à la fin juillet et en août, il faut s’attendre à un besoin accru de travailleurs dans les cinq sous-secteurs du tourisme.

Croissance positive de la main-d’œuvre touristique (5,3 %) en juillet 2022 

Les données de l’EPA publiées pour le mois de juillet 2022 révèlent qu’avec ses 2 108 900 travailleurs, la population active du tourisme au Canada[2] a connu une croissance positive après avoir diminué entre mai et juin.

Par rapport au mois dernier (juin 2022), la population active a augmenté de 5,3 % (106 300 travailleurs) et par rapport à juillet 2021, elle a augmenté de 12,0 % (soit un gain de 225 300)[3]. Bien que ce soit un signe qui augure bien pour les prochains mois, il n’en reste pas moins que la main-d’œuvre touristique compte 223 800 travailleurs de moins qu’avant la pandémie (juillet 2019).

Au cours du mois de juillet, on a observé des gains importants de la population active dans les sous-secteurs de la restauration, des services de voyages, et des loisirs et divertissements. Le sous-secteur de l’hébergement fait pour sa part exception, avec une variation de -0,6 % entre juin et juillet 2022. 

Emploi en tourisme en juillet 2022 = 10,1 % de la main-d’œuvre canadienne 

Avec un total de 2 034 400 travailleurs, le tourisme représentait 10,1 % de la main-d’œuvre canadienne totale en juillet 2022 (comparativement à 9,6 % au cours du mois précédent). L’emploi total en tourisme a augmenté de 5,5 %, y compris une croissance dans les cinq sous-secteurs.

Les gains d’emploi les plus importants ont été enregistrés dans les sous-secteurs des loisirs et divertissements, et des services de voyages. Comparativement au mois de juillet des années précédentes, l’emploi dans les sous-secteurs du tourisme a progressé depuis juillet 2021 (+ 13,4 % dans l’ensemble), mais reste à la traîne par rapport aux niveaux observés avant la pandémie (juillet 2019), c’est-à-dire qu’il y a 181 500 travailleurs en moins (- 8,2 %).

Taux de chômage en tourisme en juillet 2022 = 3,5 %

En juillet 2022, le taux de chômage en tourisme était de 3,5 %, ce qui est inférieur de 1,3 point de pourcentage au taux observé en juillet 2021, ainsi qu’inférieur au taux du mois précédent (juin), qui était de 3,7 %. À 3,5 %, le taux de chômage en tourisme était inférieur au taux de chômage canadien non désaisonnalisé (5,2 %).

À l’exception du sous-secteur de la restauration, tous les sous-secteurs du tourisme ont signalé des taux de chômage inférieurs à ceux du même mois de l’année précédente (juillet 2021).

À l’échelle provinciale, les taux de chômage dans le secteur du tourisme ont varié entre 1,8 % au Manitoba et 5,8 % en Alberta. Les taux de chômage provinciaux non désaisonnalisés pour le tourisme dépassaient les taux signalés pour l’ensemble des économies provinciales, sauf en Alberta.

Tant sur le plan de l’emploi à temps plein que de celui de l’emploi à temps partiel, le tourisme a subi des transformations importantes en juillet 2022. L’emploi à temps partiel en tourisme a fléchi (-35 600), alors que l’emploi à temps plein a augmenté de 141 900 travailleurs.

Augmentation du nombre total d’heures effectivement travaillées en tourisme en juillet

Le nombre total d’heures effectivement travaillées dans le secteur du tourisme a continué d’augmenter au cours des mois d’été. En juillet 2022, le total des heures effectivement travaillées a augmenté de 6,4 % par rapport à juin 2022. Ce nombre reste toutefois inférieur aux niveaux pré-pandémiques : si le taux de juillet 2022 est supérieur de 13,7 % à celui de juillet 2021, il est néanmoins inférieur de 10,4 % par rapport au taux de juillet 2019.

La plupart des sous-secteurs du tourisme ont connu une augmentation du nombre total d’heures effectivement travaillées d’un mois à l’autre. Le sous-secteur des loisirs et divertissements a connu la plus forte hausse, avec une augmentation de 12,5 % par rapport à juin, suivi des sous-secteurs de l’hébergement (11,6 %), des services de voyages (10,0 %) et de la restauration (5,5 %). Le sous-secteur du transport fait exception, avec une diminution de 2,5 % du nombre total d’heures effectivement travaillées.

La comparaison d’une année à l’autre (entre juillet 2021 et juillet 2022) montre une augmentation du nombre d’heures effectivement travaillées dans les cinq sous-secteurs du tourisme. La plus forte hausse revient aux sous-secteurs du transport (31,6 %). Cela dit, aucun sous-secteur n’a retrouvé son niveau de juillet 2019 en ce qui concerne le total des heures effectivement travaillées. Plus particulièrement, les taux des sous-secteurs des services de voyages et de l’hébergement sont respectivement inférieurs de 25,4 % et de 22,6 % au total des heures effectivement travaillées enregistré en juillet 2019.

Offres d’emploi en tourisme : enjeux de recrutement 

Récemment, Statistique Canada a publié ses données sur les emplois vacants pour avril et mai 2022[4]. Le nombre d’emplois vacants demeure élevé dans les sous-secteurs de l’hébergement et de la restauration, ainsi que celui des arts, spectacles et loisirs. En mai 2022, on a enregistré 161 115 offres d’emploi dans les sous-secteurs de l’hébergement et de la restauration, et 18 845 dans celui des arts, spectacles et loisirs. En général, on observe plus d’offres d’emploi dans les secteurs liés au tourisme pendant les périodes creuses. Les données les plus récentes indiquent que les entreprises touristiques ont eu des difficultés à recruter des employés au cours du printemps 2022, une période de reprise et d’accélération des activités qui est cruciale pour le secteur.


[1]SOURCE : Statistique Canada, Enquête sur la population active, tableaux personnalisés. Basés sur des données non désaisonnalisées pour la période du 10 au 16 juillet 2022.

[2] La main-d’œuvre comprend le nombre total de personnes qui ont déclaré être employées et sans emploi (mais activement à la recherche d’un travail) dans les industries du tourisme.

[3]Tel que défini dans le Compte satellite du tourisme au Canada. Selon la classification des industries de SCIAN, les industries qui font partie du secteur du tourisme sont celles qui, dans l’éventualité où le tourisme s’effondrait, devraient cesser leurs activités ou les réduire de manière importante.

[4]Source : Statistique Canada, Tableau : 14-10-0372-01. Postes vacants, employés salariés, taux de postes vacants et moyenne du salaire horaire offert selon le secteur de l’industrie, données trimestrielles non désaisonnalisées

Retour haut de page