Author: Tourism HR Canada

Le lancement d’un programme de stages pratiques pour étudiants dans le secteur du tourisme et de l’accueil permettra de développer des talents dans un secteur fortement dévasté.

OTTAWA, ON (4 août 2021) – RH Tourisme Canada a annoncé aujourd’hui le lancement d’un programme de stages pratiques pour étudiants subventionné par le gouvernement fédéral offrant des possibilités d’apprentissage intégré au travail et rémunéré dans le secteur du tourisme et de l’accueil.

Nommé Propulse, le nouveau programme profite à l’ensemble de l’économie du tourisme qui se relève de l’impact écrasant de la pandémie. Les étudiants bénéficient d’un apprentissage pratique rémunéré et d’un encadrement dans leur domaine d’étude. Les employeurs acquièrent les jeunes talents dont ils ont tant besoin pour aider à la reprise de l’industrie, ainsi qu’une aide salariale après une période de 17 mois de revenus faibles ou inexistants. Les établissements post-secondaires renforcent leurs programmes en mettant en relation les étudiants et les milieux de travail.

« Propulse est un élément essentiel de la reprise et de la résilience du secteur touristique canadien », a affirmé Philip Mondor, président et directeur général de RH Tourisme Canada. « Notre secteur a été fortement ébranlé par les mesures nécessaires pour assurer la santé et la sécurité des Canadiens. Malgré tous leurs efforts, de nombreux employeurs n’ont pas été en mesure de conserver leur personnel et ont de la difficulté à se rétablir après la levée des restrictions. Les étudiants n’ont pas eu l’occasion de prendre pied sur le marché du travail, d’acquérir des compétences sociales et professionnelles essentielles et d’établir des liens significatifs avec l’industrie. Propulse crée un lien direct entre les étudiants qui cherchent à améliorer leurs compétences sur le lieu de travail et les employeurs qui peuvent leur fournir cette expérience précieuse, tout en mettant en évidence la profondeur et l’ampleur des parcours professionnels dans l’industrie. »

Subventionné par Emploi et Développement social Canada dans le cadre du Programme de stages pratiques pour étudiants, Propulse offre aux employeurs une subvention salariale pouvant atteindre 75 % du salaire d’un étudiant admissible, jusqu’à concurrence de 7 500 $. Les étudiants inscrits dans un établissement d’enseignement post-secondaire reconnu peuvent demander un poste rémunéré pour remplir le volet coopératif ou de stage de leur programme.

Parmi les premiers à avoir adopté ce programme figurent l’Accor, le Collège George Brown, l’Université Ryerson et le Collège communautaire de Vancouver.

« Les 18 derniers mois ont été catastrophiques pour le secteur de I’accueil, mais le travail d’équipe et l’esprit d’entreprise qui nous ont permis de traverser cette période sont une véritable source d’inspiration. Nous sommes ravis de faire partie d’une initiative qui aide notre secteur à triompher et à se reconstruire plus fort et mieux que jamais. Tout comme nous nous engageons à offrir des expériences inégalées à nos clients, nous sommes déterminés à rechercher des talents diversifiés qui souhaitent atteindre leur plein potentiel dans le cadre d’une carrière enrichissante. Je suis la preuve qu’il est possible d’être « sans limites » avec Accor. J’ai commencé ma carrière il y a plus de 30 ans dans la buanderie de l’hôtel Fairmont Banff Springs d’Accor et j’ai progressé dans l’entreprise pour diriger aujourd’hui plus de 22 000 employés dans plus de 100 hôtels en Amérique du Nord et en Amérique centrale. Ce programme nous aidera à trouver ces personnes passionnées qui veulent faire partie d’un avenir excitant, et nous avons hâte de les accueillir dans nos établissements à l’automne », a déclaré Heather McCrory, PDG d’Accor pour l’Amérique du Nord et l’Amérique centrale.

« Oubliez la pandémie… la prochaine crise est déjà à nos portes; il s’agit de la pénurie de main-d’œuvre que nous connaissons dans le secteur de l’accueil et du tourisme », a expliqué Frédéric Dimanche, directeur de la Ted Rogers School of Hospitality and Tourism Management de l’Université Ryerson. « La réputation de notre secteur a souffert et les inscriptions dans les établissements scolaires sont en baisse. Des stratégies proactives telles que Propulse, avec des partenariats efficaces et novateurs entre le secteur public, les établissements d’enseignement et l’industrie, sont essentielles pour réussir. »

« Nos étudiants et nos partenaires communautaires du secteur de l’accueil ont été profondément touchés par la pandémie, et nous savons que l’incertitude règne dans l’industrie alors que le Canada entame son processus de relance », a déclaré Dennis Innes, doyen de la School of Hospitality, Food Studies & Business du Collège communautaire de Vancouver. « Le financement d’Emploi et Développement social Canada pour le programme Propulse crée des occasions qui soutiennent les étudiants et les employeurs, tout en soulignant l’importance des stages pratiques rémunérés et la valeur de la main-d’œuvre qualifiée. Nous sommes ravis de participer au lancement de ce programme. »

« Nous sommes heureux de pouvoir compter sur ces partenaires stratégiques pour lancer ce programme avec nous », a déclaré M. Mondor. « Accor mise sur une culture de formation innovante, tandis que nos partenaires post-secondaires valorisent une approche mixte de l’apprentissage qui donne aux étudiants une longueur d’avance dans l’atteinte de leurs objectifs professionnels. Nous travaillons activement à la mise en place d’ententes avec d’autres établissements et employeurs à travers le Canada, et nous invitons toutes les parties qualifiées, allant des petites exploitations indépendantes aux grandes entreprises multi-propriétaires, à postuler pour ce soutien opportun pour notre secteur sur PropulseCarrières.ca. »

Le secteur canadien du tourisme a perdu plus de 500 000 postes parmi ses effectifs depuis le début de la pandémie. Propulse jouera un rôle clé pour attirer les étudiants vers les diverses possibilités qui se présentent rapidement avec la relance de l’économie et les retenir, en soutenant un avenir durable pour l’un des principaux moteurs économiques du Canada.

-30-

À propos de RH Tourisme Canada

RH Tourisme Canada est un organisme pancanadien dont le mandat est de bâtir une main-d’œuvre touristique de calibre mondial. L’organisme facilite, coordonne et appuie les activités de développement des ressources humaines qui soutiennent une industrie concurrentielle et durable à l’échelle mondiale et favorisent le développement d’une main-d’œuvre dynamique et résiliente. L’organisme collabore avec l’industrie pour attirer, former et retenir de précieux professionnels du tourisme en leur donnant les outils et les ressources dont ils ont besoin pour réussir dans leur carrière et leurs projets entrepreneuriaux. Pour en savoir plus sur le programme de stages pratiques pour étudiants Propulse, consultez le site PropulseCarrières.ca.

À propos de Accor

Accor est un leader mondial de l’hôtellerie, présent dans 110 pays, avec plus de 5 100 hôtels et 10 000 restaurants et bars. Le Groupe déploie un écosystème hôtelier intégré parmi les plus diversifiés du secteur, associant notamment des enseignes de luxe et haut de gamme, des offres milieu de gamme et économiques, des concepts Lifestyle exclusifs, des lieux de spectacle et de divertissement, des clubs, des restaurants et des bars, des résidences privées, des hébergements partagés, des services de conciergerie et des espaces de co-working. Accor dispose ainsi d’un portefeuille de marques incomparables, animées par plus de 260,000 collaborateurs à travers le monde. Plus de 68 millions de membres bénéficient du programme de fidélité complet du Groupe, ALL – Accor Live Limitless, le compagnon Lifestyle du quotidien, qui donne accès à un large éventail de bénéfices, de services et d’expériences. Au travers de ses initiatives Planet 21 – Acting Here, Accor Solidarity, RiiSE et ALL Heartist Fund initiatives, le Groupe s’attache à agir concrètement en matière d’éthique et d’intégrité professionnelle, de tourisme responsable, de développement durable, d’engagement solidaire, de diversité et d’inclusion. Fondée en 1967, Accor SA, dont le siège social est situé en France, est une société cotée sur Euronext Paris (code ISIN : FR0000120404) et sur le marché OTC aux États-Unis (code : ACCYY). Pour plus d’informations, rendez-vous sur group.accor.com, ou suivez-nous sur Twitter, Facebook, LinkedIn et Instagram.

Questions des médias

Heather Elder
Directrice, Marketing
RH Tourisme Canada
helder@tourismhr.ca

OTTAWA—le 6 juillet 2021— Aujourd’hui, la Coalition des entreprises les plus touchées (CEPT) demande au gouvernement fédéral de protéger les entreprises du secteur du voyage et du tourisme et leurs employés au Canada, alors que les programmes cruciaux que sont la Subvention salariale d’urgence du Canada (SSUC) et la Subvention d’urgence au loyer du Canada (SULC) commencent à diminuer.

Depuis le début de la pandémie de la COVID-19, les entreprises du secteur du voyage et du tourisme ont été dévastées par les restrictions nécessaires en matière de santé publique, la fermeture des frontières, les interdictions de voyager et la perte de voyageurs internationaux et nationaux. Les programmes comme la SSUC et la SULC ont été des bouées de sauvetage pour ces entreprises qui, autrement, auraient été obligées de fermer. Comme ces deux mesures d’aide financière essentielles commencent à diminuer le 4 juillet, de nombreux membres de la CEPT sont confrontés par une crise financière quasi certaine qui frappera particulièrement fort à l’automne et à l’hiver de cette année.

« Nos membres ont besoin de ces programmes pour survivre, » a déclaré Beth Potter, présidente et directrice générale de l’Association de l’industrie touristique du Canada. « Notre sondage le plus récent, réalisé en juin, montre que près de 60 % des entreprises canadiennes les plus durement touchées ne survivront pas si la SUCL et la SSUC ne sont pas prolongés. Ceci, ajouté à l’incertitude accrue autour de la réouverture de nos frontières internationales, à l’absence de grands événements touristiques et de congrès, et au lent retour des voyages d’affaires, signifie que nous pourrions assister à un effondrement potentiel de notre industrie. »

« Notre industrie a été la première touchée, la plus durement touchée, et sera la dernière à s’en remettre, » a déclaré Susie Grynol, présidente et directrice générale de l’Association des Hôtels du Canada. « Nous savons que la reprise pour nos entreprises sera plus lente que pour les autres secteurs ; elle ne se fera pas en un tour de main. Pour nos membres qui sont directement liés aux voyages internationaux et d’affaires, et aux grands événements et festivals qui nécessitent beaucoup plus de temps d’avance pour être planifiés, un soutien continu et adapté en matière de salaires et de coûts fixes sera nécessaire pour ceux qui en ont le plus besoin afin de s’assurer que nous puissions passer de l’autre côté. »

« L’industrie du tourisme emploie des milliers de Canadiens, » a déclaré Philip Mondor, président de RH Tourisme Canada. « La réduction progressive de ces programmes signifiera que de nombreuses entreprises devront licencier du personnel et que des millions de Canadiens seront sans emploi. »

Si on laisse les entreprises des secteurs les plus durement touchés être victimes du calendrier malheureux du retrait de la SUCL et la SSUC, de la réouverture échelonnée des voyages et du tourisme, et du besoin inévitable des Canadiens de quitter le pays pendant les mois froids, nous assisterons à la perte de notre industrie dynamique du tourisme et des voyages, qui était auparavant le 5e secteur en importance du Canada en termes de contribution au PIB. Cela signifie que les petites communautés ne seront plus en mesure de soutenir le tourisme, que les grandes villes ne pourront plus rivaliser pour attirer les grandes réunions et conventions, les festivals et les événements culturels, que les communautés éloignées manqueront d’infrastructures essentielles pour les services d’urgence et que les moyens de subsistance de plus de deux millions de personnes – principalement des femmes, des jeunes et des immigrants – seront menacés. Quelques mois de soutien financier permettront d’éviter des années de perturbations économiques et sociales.

La Coalition a souligné que le Ministère des finances du Canada a justifié la suppression des subventions parce qu’elles peuvent dissuader les entreprises de rouvrir leurs portes et de réembaucher des employés. Si cela peut être vrai pour les entreprises qui dépendent d’une clientèle nationale, ce n’est pas le cas pour les entreprises des secteurs du tourisme, des voyages et de l’hébergement qui sont toujours soumises à de lourdes restrictions et où les visiteurs internationaux sont interdits de séjour au Canada.

Enfin, le Programme d’embauche pour la relance économique (PECER) est présenté par le gouvernement comme le programme qui remplacera la SSUC. Cependant, il est inadéquat pour les entreprises qui ne se rétablissent pas. Le PECER ne fournit des fonds aux entreprises que pour embaucher ou réembaucher du personnel au fur et à mesure de la reprise de l’activité économique.

« Sans un soutien continu et adapté aux entreprises les plus durement touchées, de nombreuses entreprises touristiques au Canada devront prendre des décisions difficiles quant à leur réouverture et ne seront pas en mesure de payer leurs factures pour être là en 2022, » a déclaré Mme Potter.

-30-

À propos de la Coalition des Entreprises les Plus Touchées
Créée en septembre 2020, la Coalition des entreprises les plus durement touchées est une coalition dirigée par l’industrie qui représente les centaines d’entreprises du tourisme, des voyages, des arts et de la culture, des événements et des festivals, des autocars, de l’hébergement et de l’hospitalité, et des expériences touristiques indigènes touchées par la pandémie.

Demandes des médias:
Sophie Normand
sophie@impactcanada.com
613-407-4294

L’équipe de RH Tourisme Canada est fière d’annoncer le lancement de son programme en ligne, Entrepreneurs avertis, conçu spécialement pour les entrepreneurs en tourisme et en hôtellerie. Cette mise à jour très attendue transforme le célèbre programme en une offre entièrement en ligne, permettant un accès 24 heures sur 24, 7 jours sur 7, sur la plateforme d’apprentissage Emerit.ca de l’organisme, en plus de la flexibilité de pouvoir y ajouter rapidement du contenu au fur et à mesure que de nouveaux besoins et de nouvelles priorités apparaissent.

Ce lancement tombe à point nommé : les entreprises qui ont été le plus durement touchées par la COVID ne cherchent pas seulement à se redresser, mais dans de nombreux cas, à redémarrer complètement leurs activités. Si faire revivre une entreprise n’est généralement pas un processus auquel un entrepreneur souhaite être confronté, il offre néanmoins l’occasion de réévaluer les priorités, notamment les offres de produits et de services, les publics cibles, le financement et le marketing.

Ces mêmes entreprises peuvent désormais accéder à cette toute nouvelle ressource pratique, qui comprend neuf modules complets sur les principes fondamentaux des affaires et des dizaines d’outils pratiques, notamment des modèles en format Excel et des feuilles de travail en format PDF, le tout GRATUITEMENT pour une durée limitée.

Le programme Entrepreneurs avertis sera offert au prix de détail de 199 $ en septembre, mais dans le cadre de la stratégie de relance de RH Tourisme Canada, l’organisation l’offrira gratuitement jusqu’au 1er septembre 2021 afin d’aider les propriétaires d’entreprises touristiques, les exploitants et les entrepreneurs potentiels.

Les entreprises touristiques ont plus que jamais besoin de soutien, et cette offre spéciale s’ajoute aux efforts de relance de RH Tourisme Canada, incluant notamment la série de ressources gratuites disponibles sur le site RelanceTourisme.ca et les formations professionnelles en ligne Emerit offertes gratuitement au début de la pandémie (avec plus de 5 000 cours consultés).

Le programme Entrepreneurs avertis contient des modules en ligne complets qui couvrent des sujets essentiels comme les suivants :

  • la création de votre produit;
  • la gestion financière;
  • les questions de dotation;
  • le marketing;
  • le client;
  • la gestion des opérations.

En tant que ressources autodirigées, ces modules aideront les propriétaires/exploitants d’entreprises à revoir et à réorganiser leurs pratiques de planification et de gestion actuelles. Les entrepreneurs désireux de lancer une nouvelle entreprise touristique peuvent utiliser cette série pour les aider à préparer un solide plan d’affaires et apprendre à gérer avec succès une entreprise touristique, de la planification du démarrage aux opérations quotidiennes.

Les modules d’apprentissage interactifs sont complétés par des modèles qui couvrent le contenu financier de base comme les bilans, les tableaux des flux de trésorerie et les états des résultats. En outre, des modèles en format PDF personnalisables aident au développement de produits, au marketing, au service à la clientèle, à la gestion des RH et à de nombreux autres aspects essentiels des affaires.

En utilisant Entrepreneurs avertis conjointement avec les ressources du site RelanceTourisme.ca et les formations du site Emerit.ca pour de nombreuses professions du tourisme et de l’hôtellerie, les propriétaires/exploitants pourront établir un solide plan de relance et de réengagement couvrant tous les éléments de base nécessaires pour se diriger vers le succès.

Accédez à Entrepreneurs avertis sur Emerit.ca.

Une trousse d’outils axée sur les entreprises aidera les PME canadiennes du secteur du tourisme à gérer la relance de leurs activités et leur résilience post-COVID-19.

Ottawa, ON (24 juin 2020)

RH Tourisme Canada a lancé aujourd’hui sa Trousse d’outils de relance des activités touristiques post-COVID-19 afin de guider l’industrie durement touchée dans ses efforts pour se relever et renforcer sa résilience à moyen et à long terme.

La Trousse d’outils de relance des activités touristiques post-COVID-19 est un programme en ligne pratique et gratuit qui comprend des lignes directrices, des procédures de travail, des listes de contrôle et des outils axés sur des sujets tels que les finances, la santé et la sécurité, les ressources humaines et la gestion du changement afin de fournir des éléments d’action aux exploitants touristiques qui planifient et lancent leurs efforts de réouverture et de relance. La version anglaise de la Trousse d’outils de relance des activités touristiques post-COVID-19 est maintenant disponible sur le site tourismrecovery.ca; la version française sera publiée dans les prochaines semaines.

« Depuis le début des fermetures liées à la COVID-19, l’industrie du tourisme a été décimée, avec près d’un million de personnes ayant perdu leur emploi dans le tourisme et la plupart des entreprises ayant été temporairement fermées, » a déclaré Philip Mondor, président et directeur général de RH Tourisme Canada. « Les régions permettant petit à petit la réouverture des entreprises et des expériences touristiques, il y a non seulement de l’espoir, mais aussi une détermination à voir le secteur autrefois florissant et la communauté dans son ensemble se relever. »

La trousse d’outils comprend cinq modules harmonisés avec les outils propres à l’industrie déjà disponibles auprès organismes de supervision clés : la main-d’œuvre; les communications; la budgétisation et les finances; le marketing; et la planification stratégique. Chaque module fournit aux entreprises une feuille de route contenant des outils pratiques et des conseils de mise en œuvre liés à deux thèmes clés.

  • Planifier : concevoir et établir des politiques, des procédures et des plans en cas de perturbations commerciales et sociétales majeures.
  • Réagir : faire face aux nouvelles pressions et répondre aux questions fondamentales dès le début d’une perturbation majeure; favoriser une réaction et une prise de décision rapides pour établir des priorités de manière efficace.

Puisque les besoins et les défis rencontrés dans l’industrie du tourisme varient, les PME pourront accéder à un contenu complet et spécifique à leur secteur en matière de RH.

Fournissant des conseils et des instructions sur les pratiques exemplaires, le contenu de la trousse d’outils a été élaboré sur la base d’une série d’entrevues approfondies menées auprès de PME à l’échelle nationale afin de comprendre leur réalité actuelle et leurs besoins futurs alors que le pays se remet de l’impact de la pandémie. La trousse d’outils est dynamique et sera régulièrement mise à jour avec de nouveaux éléments, tous axés sur la relance et la résilience des entreprises, afin de refléter les nouvelles informations et les changements au niveau du marché. RH Tourisme Canada travaille également en partenariat avec des agences et des associations afin d’assurer la collaboration et le partage des outils et des ressources entre les différentes plateformes pour mieux servir la communauté touristique.

« Les conversations les plus importantes qui ont lieu en ce moment portent sur la façon d’inspirer la confiance des entreprises et des visiteurs à l’égard de la faisabilité économique et de la sécurité de la relance et de la reprise des voyages, » explique M. Mondor. « La meilleure façon d’y parvenir est de définir un ensemble clair de lignes directrices à suivre, de fournir des ressources et des outils à mettre en œuvre et de créer un enseignement sur la manière d’aller de l’avant dans ces réalités de mi-pandémie et de post-pandémie. Si les entreprises suivent ces mesures, le public aura l’assurance que tout est fait pour préserver sa santé et sa sécurité, ce qui ouvrira à nouveau la porte au concept de voyages non essentiels ».

La Trousse d’outils de relance des activités touristiques post-COVID-19 a été lancée plus tôt aujourd’hui avec un webinaire animé par le président et directeur général de RH Tourisme Canada, Philip Mondor. Un enregistrement du webinaire est disponible (en anglais) à l’adresse suivante : bit.ly/3dw8atV.

-30-

À propos de RH Tourisme Canada

RH Tourisme Canada est un organisme pancanadien dont le mandat est de bâtir une main-d’œuvre touristique de calibre mondial. RH Tourisme Canada facilite, coordonne et appuie les activités de développement des ressources humaines qui soutiennent une industrie concurrentielle et durable à l’échelle mondiale et favorisent le développement d’une main-d’œuvre dynamique et résiliente. L’élaboration de la Trousse d’outils de relance des activités touristiques post-COVID-19 a été menée par RH Tourisme Canada avec le soutien d’Alphabet® et de Twenty31 Consulting Inc.

Personne-ressource pour les médias

Nicole Amiel
Directrice – Est du Canada
Beattie Tartan
Nicole.Amiel@beattiegroup.com
416-436-5185

Le secteur du tourisme canadien a été durement touché par les efforts mondiaux visant à assurer la sécurité et la santé de tous durant la pandémie de la COVID-19. Les entreprises touristiques ont été parmi les premières touchées et doivent maintenant composer avec une longue reprise. Une grande incertitude demeure quant à la forme que prendront les restrictions et les recommandations en matière de voyage au cours des prochains mois. Même la capacité des résidents locaux à accéder aux entreprises liées au tourisme, des restaurants aux attractions en passant par l’hébergement, varie d’une région à l’autre.

Pour aider à orienter les efforts de relance et s’assurer que nous fournissons des ressources ciblées, utiles et opportunes aux entreprises touristiques de tout le pays, RH Tourisme Canada a entrepris un sondage sur l’impact de la COVID-19 sur la main-d’œuvre touristique.

Vos réponses nous seront utiles à plusieurs niveaux :

  • pour déterminer dans quelle mesure la main-d’œuvre a été touchée par la COVID-19;
  • pour évaluer l’effet des programmes gouvernementaux tels que la Subvention salariale d’urgence du Canada (SSUC) et le Fonds d’aide et de relance régionale (FARR) pour atténuer les effets de la COVID-19;
  • pour identifier la capacité des entreprises touristiques à reprendre leurs activités, à réembaucher du personnel et à se remettre sur pied à mesure que les restrictions seront levées;
  • pour évaluer dans quelle mesure les entreprises touristiques comprennent les protocoles et les politiques qu’on leur demande de mettre en œuvre pour reprendre leurs activités;
  • pour ajouter à d’autres études et données recueillies par divers moyens, y compris de nouvelles données de Statistique Canada.

Nous savons que les entreprises touristiques ont été invitées à répondre à de nombreux sondages et à fournir divers types de renseignements. Les questions que nous suggérons ne semblent pas être couvertes ailleurs et nous aideront à formuler des recommandations de politiques et de programmes spécifiques pour répondre aux besoins de la population active pendant et après la COVID-19.

Les données consolidées et l’analyse des résultats seront mises à la disposition de toutes les organisations participantes.

Le sondage demeurera en ligne jusqu’au 26 juin.

Répondre au sondage sur l’impact de la COVID-19 sur la main-d’œuvre touristique.

La relance de la main-d’œuvre du secteur du tourisme au Canada exige un déploiement rapide des ressources et une stratégie d’engagement globale qui mobilise tous les intervenants. RH Tourisme Canada, dont le mandat est de faciliter, de coordonner et de soutenir les activités de développement des ressources humaines qui contribuent à une industrie durable et compétitive à l’échelle mondiale et qui favorisent le développement d’une main-d’œuvre dynamique et résiliente, est prêt à prendre la tête de file des stratégies de relance de la main-d’œuvre.

Avec la réouverture amorcée des entreprises touristiques, nombreux sont ceux qui ont besoin de clarifications pour comprendre comment procéder, notamment en ce qui concerne les exigences en matière de distanciation physique et la protection de la santé et de la sécurité des travailleurs et des clients. L’anxiété provient de la méconnaissance des règles et de la difficulté à obtenir des conseils de la part des responsables du gouvernement et de la santé publique (et du fait que les règles ou les exigences changent régulièrement). Il existe d’autres préoccupations liées à la main-d’œuvre et à la dotation en personnel, comme la nécessité de prévoir le nombre de travailleurs et la rapidité avec laquelle ils seront requis, le type de formation nécessaire et la question de savoir si l’entreprise pourra se procurer les fournitures nécessaires en matière de santé et de sécurité pour fonctionner (p. ex. : gants, masques, désinfectant pour les mains, écrans en plexiglas, signalisation spéciale, etc.).

Se remettre d’une pandémie est bien en dehors de l’expérience de la plupart des propriétaires d’entreprises. Il est difficile de savoir comment s’adapter aux répercussions du virus; il existe de nombreuses variables inconnues et la situation est complexe. Il en découle un sentiment d’incertitude pour bien des gens et ceux-ci cherchent à se faire guider.

Tout en travaillant sur sa propre trousse complète d’outils et de ressources en ligne pour la relance des entreprises touristiques, RH Tourisme Canada a découvert diverses sources d’information à propos de la relance de la main-d’œuvre pendant et après une crise. Parmi celles-ci, on trouve les récents plans de relance de l’Organisation mondiale du tourisme, des gouvernements provinciaux et des entreprises, ainsi que des documents d’orientation produits par de nombreuses associations sectorielles. Cette revue a mené à dix recommandations principales visant à favoriser la reprise du secteur du tourisme en s’assurant qu’il dispose d’une main-d’œuvre prête pour l’après-COVID.

Dix recommandations prioritaires ont été identifiées comme point de départ, dont beaucoup s’appuient sur les investissements existants du gouvernement du Canada.  Voici un résumé des recommandations. Pour le livre blanc complet, veuillez cliquer ici.

  1. Des directives pratiques et explicites
  • Diriger l’industrie vers les ressources faisant autorité qui sont maintenues, dont beaucoup sont propres à un secteur.
  • Travailler avec le gouvernement et les autorités sanitaires pour orienter, concevoir et mettre en œuvre d’autres lignes directrices qui fonctionneront pour les exploitants touristiques.
  1. Plan d’assurance-emploi flexible pour le retour au travail
  • Travailler avec le gouvernement pour examiner les programmes ou les politiques d’assurance-emploi qui seront adaptés aux problèmes particuliers auxquels le tourisme est confronté, surtout en raison de la période de reprise graduelle.
  1. Formation axée sur les nouvelles exigences en matière de services et de milieu de travail
  • Promouvoir la nouvelle trousse d’outils pour la relance de la main-d’œuvre dans le secteur du tourisme (financée en partie par le gouvernement du Canada et offerte gratuitement) et chercher des ressources supplémentaires pour élargir les produits et services (ressources) offerts en réponse aux besoins émergents.
  • Continuer à offrir et à promouvoir la liste complète des cours de formation en ligne Emerit gratuits. Rechercher des sources de financement pour accroître le contenu et les options de format de présentation, selon les besoins.
  1. Des plans de main-d’œuvre repensés : une stratégie en matière de personnel post-covidien
  • Fournir des outils et un soutien pour aider les employeurs à développer des stratégies de main-d’œuvre post-COVID.
  • Surveiller les changements prévus aux codes du travail et autres réglementations qui ont un impact sur les pratiques en matière de main-d’œuvre et informer le secteur de ces changements.
  1. Des plans de développement de la main-d’œuvre communautaire et une stratégie pancanadienne pour le marché du travail dans le secteur du tourisme
  • Élaborer et mettre en œuvre un cadre pour la planification du développement de la main-d’œuvre communautaire.
  • Travailler avec les gouvernements fédéral et provinciaux, les associations nationales et d’autres intervenants clés pour élaborer une stratégie globale de main-d’œuvre du secteur du tourisme qui complète la stratégie de marketing et de croissance du tourisme du gouvernement du Canada (c’est-à-dire Destination Canada).
  1. Stratégie de maintien et de croissance de l’emploi dans le secteur du tourisme : marketing du tourisme en tant que destination pour l’emploi
  • Rechercher le soutien du gouvernement pour relancer « Explorez le tourisme » en tant que véhicule clé pour mener une stratégie de maintien et de croissance de l’emploi dans le secteur du tourisme.
  • Doter RH Tourisme Canada, les associations nationales du tourisme, les associations sectorielles provinciales et territoriales et Destination Canada d’une campagne commune pour promouvoir des carrières viables dans le tourisme tout en renforçant les messages sur la sécurité des voyages et les normes de bon service.
  1. Des stratégies d’entreprise et de services nouvellement harmonisées
  • Fournir des outils et du soutien pour aider les employeurs à développer de nouveaux modèles d’entreprise et à apprendre à accéder à des ressources ou à d’autres aides pour réorganiser leurs activités.
  • Travailler avec les gouvernements pour rechercher des programmes et des politiques qui prennent en considération les problèmes uniques de relance des entreprises auxquels sont confrontés les exploitants touristiques.
  1. Des stratégies adaptées aux populations ciblées
  • Élaborer des stratégies de main-d’œuvre qui contribueront à accroître la participation au marché du travail des groupes sous-représentés, c.-à-d. les peuples autochtones, les nouveaux Canadiens et les étudiants étrangers.
  • Travailler avec les collèges et les universités pour augmenter ou soutenir les besoins de la main-d’œuvre future du secteur du tourisme, en offrant l’accès à l’apprentissage en ligne Emerit et à des titres de compétences conjoints et en faisant la promotion de ces diplômés comme étant prêts à travailler pour un déploiement rapide dans le secteur.
  1. Des données sur le marché du travail pour orienter les décisions en matière de politiques et de programmes
  • RH Tourisme Canada continue d’étudier les répercussions de la COVID-19 sur la main-d’œuvre du secteur du tourisme et de diffuser des renseignements et des analyses complets et à propos pour aider à orienter les décisions en matière de politiques et de programmes.
  • RH Tourisme Canada cherche à obtenir le renouvellement de l’entente avec le gouvernement du Canada, avec un important soutien des intervenants du secteur du tourisme, pour la poursuite du mandat de recherche fondamentale sur le marché du travail en tourisme.
  1. Passeport de compétences : améliorer la mobilité des travailleurs et des apprenants
  • Investir dans la vérification du futur de la main-d’œuvre du tourisme en introduisant un titre de compétence universel, qui s’appuie sur le cadre des compétences futures et favorise une main-d’œuvre inclusive, plus résiliente et mobile, capable de s’adapter rapidement aux nouvelles demandes du marché du travail.

Toronto, le 13 mai 2020 — Les étudiants en tourisme et en hôtellerie du Centennial College sont invités à profiter de la formation en ligne gratuite pendant la pandémie de la COVID-19 pour acquérir des certificats reconnus à l’échelle nationale, grâce à RH Tourisme Canada, favorisant ainsi une main-d’œuvre touristique de calibre mondial.

« Alors que la pandémie de COVID-19 affecte grandement l’industrie touristique et les systèmes d’éducation au Canada, le recours à des solutions novatrices peut s’avérer d’une aide précieuse », déclare la ministre du Développement économique et des Langues officielles, l’honorable Mélanie Joly. « Soutenu par le gouvernement du Canada, ce partenariat unique entre le Centennial College et le système de formation en ligne emerit de RH Tourisme Canada permettra aux étudiants canadiens d’obtenir gratuitement une formation de grande qualité qui les préparera à occuper les emplois intéressants et bien rémunérés offerts par l’industrie touristique. »

Les cours en ligne Emerit, validés par l’industrie, permettent aux gestionnaires d’événements, aux gestionnaires de la restauration, aux préposés à la réception et aux préposés à l’entretien ménager d’acquérir les compétences et les connaissances nécessaires pour réussir dans leur carrière. Les cours s’appuient sur les normes professionnelles nationales canadiennes et l’obtention des certificats en ligne répond aux exigences des employeurs du secteur du tourisme dans tout le pays. Cet effort novateur aidera l’industrie à gérer et à retenir les talents, à améliorer les compétences de la main-d’œuvre et à développer la résilience en vue d’une éventuelle reprise des activités.

« Notre partenariat avec le Centennial College pour offrir rapidement des programmes de formation reconnus par l’industrie reflète l’importance prioritaire que nous accordons à l’investissement dans la main-d’œuvre de demain, » déclare Philip Mondor, président et directeur général de RH Tourisme Canada. « L’apprentissage en ligne contribuera à retenir les nombreux étudiants nationaux et internationaux talentueux et à faire en sorte que leurs études puissent se dérouler sans trop de perturbations. »

Les étudiants qui complètent les cours en ligne seront admissibles à la reconnaissance des acquis pour les deux programmes de la School of Hospitality, Tourism and Culinary Arts accrédités par RH Tourisme Canada. Le diplôme de gestion des opérations hôtelières et le diplôme d’études approfondies en gestion hôtelière et touristique de l’établissement ont tous deux reçu la désignation SMART+, soit le plus haut niveau d’accréditation accordé par RH Tourisme Canada.

« Le fait de se préparer pour l’éventuelle reprise de l’industrie du tourisme apporte aux étudiants des compétences essentielles et, plus important encore, un sentiment d’espoir et d’optimisme, » déclare Joe Baker, doyen de la School of Hospitality, Tourism and Culinary Arts du Centennial College. « Le Centennial Collège vise la réussite des étudiants en leur offrant l’expérience et le mentorat nécessaires pour soutenir une nouvelle génération de diplômés exceptionnels. Cette collaboration est née de la résilience et de l’innovation, deux éléments qui se reflètent dans la conception de la formation et de la certification des compétences Emerit. »

– 30 –

Personne-ressource : Mark Toljagic, Agent de communications, Centennial College, 416-605-6012 / mtoljagic@centennialcollege.ca

(non désaisonnalisé)

En février 2020, le taux de chômage1 dans le secteur du tourisme était de 5,7 %, soit 0,8 % de plus que le taux signalé en février 2019, et le même que le mois précédent (janvier 2020).

À 5,7 %, le taux de chômage du tourisme était inférieur au taux de chômage non désaisonnalisé du Canada, qui était de 5,9 %.

Les sous-secteurs de l’hébergement, des services de restauration et des transports ont déclaré des taux de chômage plus élevés que ceux du même mois l’an dernier, tandis que le taux de chômage du sous-secteur des loisirs et divertissements est demeuré le même (Tableau 1).

À l’échelle provinciale, le taux de chômage lié au tourisme variait de 4,3 % au Manitoba à 15,5 % à l’Île-du-Prince-Édouard.

Les taux de chômage non désaisonnalisés pour le tourisme dans chaque province, à l’exception de l’Île-du-Prince-Édouard, de la Nouvelle-Écosse, du Québec et de la Colombie-Britannique, étaient inférieurs aux taux déclarés pour l’économie provinciale (Graphique 1).

L’emploi lié au tourisme représentait 10,7 % de la population active totale du Canada pour le mois de février.

Tableau 1 – Taux de chômage – groupes d’industrie du tourisme – février 2019/2020
Groupes d’industrie du tourisme2 Taux de chômage – février 2019 Taux de chômage – février 2020
Tourisme 4,9 % 5,7 %
Hébergement 7,5 % 9,7 %
Restauration 4,8 % 5,7 %
Loisirs et divertissements 7,3 % 7,3 %
Transport 1,7 % 2,5 %
Services de voyage
Graphique 1 – Secteur du tourisme et main-d’oeuvre totale – taux de chômage par province (non désaisonnalisé)

Voir les graphiques interactifs

1 Pour déterminer le taux de chômage, les classifications d’industries (SCIAN) sont basées sur l’emploi le plus récent qui a eu lieu dans la dernière année, et sont auto-identifiés par l’intimé. Les chômeurs sont ceux qui, au cours de la période de référence, étaient disponibles pour travailler mais étaient mise à pied temporaire, étaient sans travail, ou devraient commencer un nouvel emploi dans les quatre prochaines semaines.

2 Tel que défini par le compte satellite du tourisme. Les industries du SCIAN inclus dans le secteur du tourisme sont ceux qui cesserait d’exister or de fonctionner à un niveau d’activité sensiblement réduit comme une conséquence directe de l’absence de tourisme. Source: Enquête sur la population active de Statistique Canada, totalisations personnalisées. Basé sur des données pour la semaine se terminant le 15 février 2020.

Faits saillants de l’Enquête sur la population active (2019)

L’Enquête sur la population active (EPA), menée par Statistique Canada, est la seule source d’estimations mensuelles en matière d’emploi pour les industries canadiennes. Elle recueille des indicateurs normalisés mensuels du marché du travail et est une importante source d’information sur la population active dans toutes les provinces.

RH Tourisme Canada a complété sa revue annuelle des estimations de 2019 disponibles pour les sous-secteurs du tourisme.

L’information présentée ici est tirée de l’Enquête sur la population active de Statistique Canada. Les taux de chômage dans le secteur du tourisme du Canada y sont présentés par province et par sous-secteur.

Ces données sont non désaisonnalisées, ce qui permet d’établir des comparaisons entre le secteur du tourisme et l’économie globale. À ce titre, les statistiques mensuelles et annuelles pour l’ensemble de la population active du Canada différeront des statistiques désaisonnalisées qui sont généralement présentées par Statistiques Canada.

Le chômage dans le tourisme en 2019

Le taux de chômage dans le secteur du tourisme a légèrement augmenté pour atteindre 5,1 % en 2019, en hausse par rapport au faible taux record de 4,9 % enregistré en 2018. Le taux de chômage du secteur du tourisme était inférieur par plus d’un demi-point de pourcentage au taux de chômage de l’ensemble de la population active qui a atteint un faible taux record de 5, 7 % en 2019 (en baisse par rapport au taux de 5,8 % enregistré en 2018).

Le chômage dans le secteur du tourisme a atteint son niveau le plus bas en septembre (4,5 %), suivi de près par octobre et décembre (4,6 %), ce qui est surprenant, dans la mesure où le chômage dans le secteur du tourisme a tendance à augmenter tout au long de l’automne et de l’hiver en raison de la variabilité saisonnière.

Tendances mensuelles

Le tourisme se compose de 29 industries individuelles regroupées en cinq sous-secteurs. Le sous-secteur de l’hébergement affichait le taux de chômage annuel le plus élevé en 2019, soit 6,9 %, tandis que le sous-secteur du transport avait le plus faible taux, soit 2,6 %.

Les sous-secteurs de l’hébergement et des loisirs et divertissements ont affiché la plus grande variabilité mensuelle. En janvier, le taux de chômage atteignant 9,6 % pour l’hébergement, mais diminuant à 2,8 % en juillet, tandis que celui des loisirs et divertissements variait de 8,7 % à 4,6 % selon le mois.

Tendances provinciales

À l’échelle régionale, les taux de chômage les plus élevés ont été enregistrés dans les régions de l’est du Canada. L’Île-du-Prince-Édouard a connu le taux de chômage annuel le plus élevé dans le secteur du tourisme, soit 10,1 %, tandis que la Colombie-Britannique a connu le taux le plus bas, soit 3,2 %.

Le taux de chômage annuel élevé dans certaines provinces est en grande partie le résultat de la volatilité de la demande saisonnière. Par exemple, le taux de chômage dans le secteur du tourisme à l’Île-du-Prince-Édouard est passé de 15,9 % en janvier 2019 à 0,0 % en juillet et août, pour remonter à 17,1 % en novembre. La Nouvelle-Écosse, le Nouveau-Brunswick et Terre-Neuve-et-Labrador ont affiché une volatilité similaire. En comparaison, le taux de chômage dans le secteur du tourisme en Colombie-Britannique a connu moins de fluctuations, avec un minimum de 2,4 % en juillet et un maximum de 4,4 % en septembre.

Tendances à long terme

Alors que cette année marque une légère augmentation du taux de chômage dans le secteur du tourisme, le taux de chômage annuel dans ce secteur est en baisse constante depuis 2009, à l’exception d’une autre légère augmentation enregistrée en 2014. Avant 2009, le secteur du tourisme avait atteint un faible taux de chômage de 6,0 % en 2007 et de 6,2 % en 2008. En raison du ralentissement économique mondial, les taux de chômage ont grimpé en flèche en 2009. Le tourisme a culminé à 7,6 %, tandis que la population active totale a atteint 8,3 %. Les deux taux ont eu tendance à baisser depuis, et le secteur du tourisme a maintenu un taux de chômage constamment à la baisse depuis.

Emplois à temps partiel et à temps plein

Il y a eu une croissance de l’emploi à temps plein et à temps partiel dans le secteur du tourisme, les postes à temps partiel augmentant légèrement plus rapidement que les postes à temps plein. En 2000, les postes à temps partiel représentaient 32,7 % des emplois dans le secteur du tourisme; en 2019, ils représentaient 37,0 % des emplois dans ce secteur.

Vous pouvez obtenir des données détaillées sur la population active par profession et par région au moyen de notre outil de Recherche rapide, hébergé sur emerit.ca. Inscrivez-vous pour ouvrir un compte afin d’avoir accès aux données.

canada_govCe projet est financé par le Gouvernement du Canada par le biais du Programme d’appui aux initiatives sectorielles.
Les opinions et interprétations contenues dans cette publication sont celles de l’auteur et ne reflètent pas nécessairement celles du gouvernement du Canada.
Source : Adapté de Statistique Canada, Enquête sur la population active (EPA). Cela ne constitue pas une approbation de ce produit par Statistique Canada.

(non désaisonnalisé)

En janvier 2020, le taux de chômage1 dans le secteur du tourisme était de 5,7 %, soit 0,8 % de plus que le taux signalé en janvier 2019, et plus élevé que le mois précédent (décembre 2019) lorsque le taux de chômage était de 4,6 %.

À 5,7 %, le taux de chômage du tourisme était inférieur au taux de chômage non désaisonnalisé du Canada, qui était de 5,8 %.

À l’exception des sous-secteurs des services de restauration et des transports, tous les groupes d’industrie du tourisme ont déclaré des taux de chômage égaux à ou inférieurs à ceux du même mois l’an dernier (Tableau 1).

À l’échelle provinciale, le taux de chômage lié au tourisme variait de 2,8 % au Manitoba à 18,3 % à l’Île-du-Prince-Édouard.

Les taux de chômage non désaisonnalisés du tourisme dans chaque province, à l’exception de l’Île-du-Prince-Édouard, de la Nouvelle-Écosse, du Québec et de la Colombie-Britannique, étaient inférieurs aux taux déclarés pour l’économie provinciale (Graphique 1).

L’emploi lié au tourisme représentait 10,8 % de la population active totale du Canada pour le mois de janvier.

Tableau 1 – Taux de chômage – groupes d’industrie du tourisme – janvier 2019/2020
Groupes d’industrie du tourisme2 Taux de chômage – janvier 2019 Taux de chômage – janvier 2020
Tourisme 4,9 % 5,7 %
Hébergement 9,6 % 7,2 %
Restauration 4,6 % 6,3 %
Loisirs et divertissements 6,9 % 6,9 %
Transport 1,8 % 2,8 %
Services de voyage
Graphique 1 – Secteur du tourisme et main-d’oeuvre totale – taux de chômage par province (non désaisonnalisé)

Voir les graphiques interactifs

1 Pour déterminer le taux de chômage, les classifications d’industries (SCIAN) sont basées sur l’emploi le plus récent qui a eu lieu dans la dernière année, et sont auto-identifiés par l’intimé. Les chômeurs sont ceux qui, au cours de la période de référence, étaient disponibles pour travailler mais étaient mise à pied temporaire, étaient sans travail, ou devraient commencer un nouvel emploi dans les quatre prochaines semaines.

2 Tel que défini par le compte satellite du tourisme. Les industries du SCIAN inclus dans le secteur du tourisme sont ceux qui cesserait d’exister or de fonctionner à un niveau d’activité sensiblement réduit comme une conséquence directe de l’absence de tourisme. Source: Enquête sur la population active de Statistique Canada, totalisations personnalisées. Basé sur des données pour la semaine se terminant le 18 janvier 2020.