Les données sur l’emploi en tourisme témoignent de l’instabilité continue

Portrait du Marché du Travail dans le Secteur du Tourisme au Canada

Le 12 juin 2022 — L’emploi dans le secteur du tourisme a légèrement diminué pour atteindre 1 928 100 travailleurs, ce qui représente une perte de 3 100 travailleurs ou une croissance négative de -0,2 % par rapport à mai 2022. La main-d’œuvre totale en tourisme a ainsi été ramenée à 2 002 600 travailleurs en juin, soit une perte de 7 400 travailleurs (-0,4 %).

En juin, le taux de chômage en tourisme (3,7 %) s’est amélioré par rapport au mois précédent (5,1 %). Cette amélioration a néanmoins été largement influencée par la stagnation du niveau d’emploi et la diminution de la taille de la population active globale. De manière générale, le mois de juin coïncide avec le début de la haute saison estivale et donc avec une période importante d’activité économique pour le secteur du tourisme. Or, l’année 2022 a été la seule année depuis 2012 pour laquelle on a enregistré une croissance négative entre mai et juin, que ce soit au niveau de la population active ou de l’emploi.

Cette tendance est inhabituelle et indique que le secteur est encore dans une période d’instabilité. Cette tendance met également en évidence la nature diverse des cinq sous-secteurs du tourisme, qui sont confrontés à des facteurs structurels et à des défis de main-d’œuvre différents. Il est par conséquent difficile de faire des analyses prédictives des tendances à court terme. On note néanmoins que les efforts de l’industrie pour réduire les pénuries de main-d’œuvre ont permis de dépasser les points bas historiques des deux années précédentes.

Malgré ces données surprenantes d’un mois à l’autre, la comparaison des indicateurs d’emploi de juin 2022 à ceux du même mois des deux années précédentes met en évidence des signes positifs de reprise du marché du travail. Par rapport à juin 2020 et 2021, on constate en effet une amélioration importante des niveaux d’emploi et du taux de chômage dans tous les sous-secteurs du tourisme. Par rapport à la même période de 2021, l’emploi a augmenté de façon significative dans les sous-secteurs de l’hébergement, et des loisirs et divertissement (croissance de 35,9 % et de 21,5 %, respectivement).

Or, par rapport aux données pré-pandémiques de juin 2019, la main-d’œuvre touristique a perdu près de 250 000 membres et le secteur emploie 211 000 travailleurs de moins. Autrement dit, non seulement il y a moins d’employés en tourisme qu’en juin 2019, mais globalement ces employés travaillent moins d’heures.

En résumé, la conjoncture est la suivante : au moment où elles amorcent la saison touristique estivale, avec l’espoir de rebondir après des pénuries de main-d’œuvre sans précédent exacerbées par la pandémie mondiale la COVID-19, les entreprises touristiques continuent d’être aux prises avec l’instabilité continue du marché du travail.

Recul de la population active en tourisme (-0,4 %) en juin 2022 

Selon les données de l’Enquête sur la population active (EPA)[1] publiées pour le mois de juin 2022, la population active en tourisme du Canada[2] (avec ses 2 002 600 membres) a connu un recul après avoir affiché des gains tout au long du printemps.

Bien que la population active ait diminué de 0,4 % (ou 7 400 participants) par rapport au mois précédent, elle a augmenté de 9,8 % par rapport à juin 2021, soit un gain de 178 700 membres[3]. Il s’agit d’un signe très positif du retour des travailleurs dans les emplois du tourisme. Il n’en reste pas moins que le secteur continue de subir les retombées de la pandémie de la COVID-19, puisqu’il y a un manque de près de 250 000 travailleurs comparativement au nombre total de 2 252 300 travailleurs enregistré avant la pandémie (juin 2019).

Bien qu’on observe des gains mensuels évidents de main-d’œuvre dans les sous-secteurs des services de voyages, d’hébergement, et des loisirs et divertissements, le recul global du secteur du tourisme entre mai et juin 2022 est tout de même surprenant, car c’est la première fois qu’on enregistre un recul de la main-d’œuvre entre ces deux mois depuis une décennie.

Emploi en tourisme en juin 2022 = 9,6 % de la main-d’œuvre canadienne

Avec ses 1 928 100 travailleurs, le tourisme représentait 9,6 % de la main-d’œuvre canadienne totale en juin 2022. Pour cette période, le nombre d’emplois a légèrement diminué (-0,2 %) dans l’ensemble du tourisme et les résultats dans les cinq sous-secteurs sont mitigés.

Les gains d’emploi les plus importants ont été enregistrés dans les secteurs des services de voyages, de l’hébergement, et des loisirs et divertissements. Comparativement au mois de juin des années précédentes, l’emploi en tourisme a progressé depuis juin 2021 (+ 12,9 % dans son ensemble), mais reste en déclin (près de 211 000 travailleurs de moins) par rapport aux niveaux observés avant la pandémie (juin 2019) (- 9,9 %).

Taux de chômage dans le secteur du tourisme en juin 2022 = 3,7 %

En juin 2022, le taux de chômage en tourisme était de 3,7 %, ce qui est inférieur de 2,7 points de pourcentage au taux observé en juin 2021, ainsi qu’à celui du mois précédent (mai 2022), qui était de 3,9 %. À 3,7 %, le taux de chômage en tourisme était inférieur au taux de chômage non désaisonnalisé pour l’ensemble du Canada (4,7 %). Dans tous les sous-secteurs du tourisme, on a relevé des taux de chômage qui sont inférieurs à ceux du même mois de l’année précédente (juin 2021).

À l’échelle provinciale, les taux de chômage en tourisme ont varié entre 2,2 % au Manitoba et 8,9 % en Nouvelle-Écosse. Les taux de chômage provinciaux (non désaisonnalisés) pour le tourisme dépassaient les taux signalés pour l’ensemble des économies provinciales, sauf à l’Île-du-Prince-Édouard, en Nouvelle-Écosse et en Saskatchewan.

La hausse globale de l’emploi en juin est attribuable à l’augmentation de l’emploi à temps partiel. L’emploi à temps partiel en tourisme a reculé (-19 700), alors que l’emploi à temps plein a augmenté de 16 600 travailleurs.

Nombre total d’heures effectivement travaillées en tourisme

À l’approche de l’été, le nombre total d’heures effectivement travaillées dans le secteur du tourisme a fortement augmenté. En juin 2022, le total des heures effectivement travaillées a augmenté de 1,4 % par rapport à mai 2022. Globalement, le total des heures effectivement travaillées en 2022 est supérieur à celui de 2021, mais inférieur à celui de 2019. En juin 2022, le total des heures effectivement travaillées en tourisme était inférieur de 11,1 % à celui de juin 2019, mais supérieur de 17,3 % à celui de juin 2021.

La plupart des sous-secteurs du tourisme ont observé une augmentation du nombre total d’heures effectivement travaillées. Le sous-secteur des services de voyages a connu la plus forte hausse du nombre total d’heures effectivement travaillées, avec une augmentation de 28,0 % par rapport à mai, suivi des sous-secteurs des loisirs et divertissements (4,2 %), de l’hébergement (2,8 %) et de la restauration (2,5 %). Le sous-secteur du transport a fait exception : on y observe une baisse de 6,8 % du nombre total d’heures effectivement travaillées par rapport à mai.

Aucun sous-secteur touristique n’a retrouvé les niveaux d’emploi de juin 2019 en ce qui concerne le total d’heures effectivement travaillées. Plus particulièrement, le sous-secteur des services de voyages a connu une baisse de 38,0 % du total d’heures effectivement travaillées par rapport à juin 2019, suivi des sous-secteurs de l’hébergement (-20,2 %) et de la restauration (-13,6 %). Le sous-secteur des loisirs et divertissements était proche d’atteindre les niveaux de 2019, avec un total d’heures effectivement travaillées qui était inférieur de seulement 2,4 % par rapport à juin 2019.

Offres d’emploi en tourisme : Un signe positif pour la croissance de la main-d’œuvre

Récemment, Statistique Canada a publié ses données sur les emplois vacants pour le premier trimestre de 2022[4]. Pour le secteur du tourisme, le nombre total d’offres d’emploi au premier trimestre de 2022 était inférieur à ce qu’il était au quatrième trimestre de 2021. Néanmoins, au premier trimestre de 2022, le nombre d’emplois vacants demeurait élevé dans les sous-secteurs de l’hébergement et de la restauration, ainsi que celui des arts, spectacles et loisirs. En mars 2022, le nombre total d’emplois vacants était de 151 555 pour l’hébergement et la restauration, et de 16 515 pour les arts, spectacles et loisirs. En général, on enregistre un nombre accru d’offres d’emploi dans les secteurs liés au tourisme pendant les périodes creuses. Par conséquent, les plus récentes données sur les offres d’emploi montrent des signes encourageants. Elles montrent que les entreprises touristiques ont été actives dans l’embauche pendant le printemps 2022.

Pour un aperçu complet des dernières tendances de la main-d’œuvre du tourisme, veuillez visiter le Suivi de l’emploi dans le tourisme.


[1]SOURCE : Statistique Canada, Enquête sur la population active, tableaux personnalisés. Basés sur des données non désaisonnalisées pour la période du 12 au 18 juin 2022.

[2] La main-d’œuvre comprend le nombre total de personnes qui ont déclaré être employées et sans emploi (mais activement à la recherche d’un travail) dans les sous-secteurs du tourisme.

[3]Tel que défini dans le Compte satellite du tourisme au Canada. Selon la classification des industries de SCIAN, les industries qui font partie du secteur du tourisme sont celles qui, dans l’éventualité où le tourisme s’effondrait, devraient cesser leurs activités ou les réduire de manière importante.

[4]Source : Statistique Canada, Tableau : 14-10-0372-01. Postes vacants, employés salariés, taux de postes vacants et moyenne du salaire horaire offert selon le secteur de l’industrie, données trimestrielles non désaisonnalisées

Retour haut de page