Des emplois ont été ajoutés, le chômage diminue, mais la pénurie de main-d’œuvre demeure

La création de 188700 emplois en tourisme, un taux de chômage en baisse, mais une pénurie générale de main-d’œuvre qui persiste.

Bien que la taille de la main-d’œuvre en tourisme continue sa tendance à la baisse, on a observé un retour des travailleurs dans leur emploi en tourisme et de nouveaux travailleurs dans de nouvelles opportunités d’emploi au cours du mois dernier.  

Selon les données non désaisonnalisées de février 2022, la main-d’œuvre touristique canadienne, qui compte 1 856 800 travailleurs, est encore loin du seuil de 2 152 000 personnes qui travaillaient dans ce secteur avant la pandémie (pour le même mois de référence en 2020).  

Bien que le taux de chômage dans le secteur du tourisme s’élevait à 5,4 % (soit 10,1 points de pourcentage de moins que le taux rapporté en février 2021 [15,5 %] et inférieur au taux du mois précédent [janvier 2022] de 11,9 %), le tourisme continue de faire face à une pénurie de main-d’œuvre sans précédent. En effet, les mesures de santé publique visant à endiguer le variant Omicron sont restées en place dans de nombreuses régions pendant une période qui est déjà une période d’activité économique typiquement basse pour l’industrie.

À 5,4 %, le taux de chômage du tourisme était légèrement inférieur au taux de chômage non désaisonnalisé du Canada (5,7 %), mais il est quand même plus élevé que les taux d’avant la période des Fêtes. Par exemple, en décembre 2021, le taux de chômage en tourisme était de 5,2 %.

Tous les sous-secteurs du tourisme ont signalé des taux de chômage inférieurs à ceux du même mois de l’année dernière.

Comparaison des taux de chômage en tourisme par sous-secteur entre février 2021 et février 2022 (données non désaisonnalisées)

À l’échelle provinciale, les taux de chômage en tourisme variaient de 4.0% en Alberta à 14,3% à l’Île-du-Prince-Édouard.

Les taux de chômage provinciaux non désaisonnalisés pour le tourisme étaient inférieurs aux taux déclarés pour l’économie provinciale, à l’exception de l’Île-du-Prince-Édouard, de la Nouvelle-Écosse, du Nouveau-Brunswick, du Québec et du Manitoba.

Comparaison des taux de chômage en tourisme à ceux dans l’ensemble de la main-d’œuvre par province (données non désaisonnalisées)

Données sur l’emploi

En février 2022, l’emploi en tourisme représentait 9,1 % de la main-d’œuvre canadienne totale. Par rapport au mois précédent, l’emploi en tourisme a augmenté de 188 700 (ou 12 %). L’emploi total se situe désormais à 1 756 000 (en hausse par rapport à la référence de 1 567 300 en janvier).

Dans l’ensemble de l’économie canadienne, le nombre d’emplois non désaisonnalisé a augmenté de 388 100. Les gains d’emploi, tant dans le secteur du tourisme que dans l’économie en général, sont attribuables à l’augmentation de l’emploi à temps partiel. L’emploi à temps partiel en tourisme a augmenté de 131 000 (ou 21,2 %) et l’emploi à temps plein a augmenté de 57 600 (ou 6,1 %).

Variation de l’emploi à temps plein et à temps partiel d’un mois à l’autre (données non désaisonnalisées)

Projections pour le printemps 2022

Pendant les mois d’hiver, il est habituel que les indicateurs de l’emploi (non désaisonnalisés) montrent des signes de volatilité. Or, au cours des deux premiers mois de 2022, on a observé des signes positifs indiquant que les employés reviennent au travail dans le secteur du tourisme.

Dans un contexte où le tourisme se prépare à l’affluence de la période estivale et où les restrictions sont assouplies dans plusieurs régions, la demande locale continuera, plus que jamais, d’être un facteur important dans la réussite du secteur du tourisme.

SOURCE : Statistique Canada, Enquête sur la population active, tableaux personnalisés. Basé sur des données non désaisonnalisées pour le 1er mars 2022.

Retour haut de page