Incidence des pénuries de main-d’œuvre en tourisme sur la reprise dans ce secteur

Portrait du Marché du Travail dans le Secteur du Tourisme au Canada

Mai 2022 — Dans son ensemble, l’emploi dans le secteur du tourisme a augmenté (5,9 %) par rapport au mois précédent et le taux de chômage s’est amélioré dans tous les sous-secteurs de l’industrie. Par rapport à la même période (mai) en 2020 et 2021, le taux de chômage s’est aussi nettement amélioré dans tous les sous-secteurs. On note néanmoins que ces données sont artificiellement gonflées en raison de la diminution de la taille globale de la population active par rapport aux années précédentes.

Parmi les observations pour le mois de mai, mentionnons que la croissance positive du taux de chômage est trompeuse. En effet, la main-d’œuvre, qui a connu des creux sans précédent pendant la pandémie, a certes continué de croître en mai, mais il n’en reste pas moins que l’industrie du tourisme compte 203 000 travailleurs (ou -9,2 %) de moins qu’à la même période (mai) en 2019. Entre avril et mai 2022, la taille globale de la main-d’œuvre en tourisme a augmenté de 4,6 % (88 400 travailleurs), mais deux sous-secteurs (transport et services de voyages) ont quand même subi un recul de leur main-d’œuvre, soit une perte de 1,6 % (5 600 travailleurs) et de 1,4 % (500 travailleurs), respectivement. Autrement dit, le tourisme est aux prises avec une importante pénurie de main-d’œuvre, à une période de l’année où la plupart des entreprises touristiques se préparent en vue de la saison économique de pointe.

Augmentation de 4,6 % de la main-d’œuvre touristique en mai 2022 

Selon les données de l’Enquête sur la population active (EPA)[1] publiées pour le mois de mai 2022, la population active du secteur du tourisme au Canada[2] se chiffre à 2 010 000 travailleurs, ce qui correspond à une augmentation de 4,6 % (88 400 travailleurs) par rapport au mois précédent et à une hausse importante par rapport à mai 2021 (hausse de 16,8 % [ou 288 600] par rapport à 1 721 400 en mai 2021)[3].

Bien qu’il s’agisse d’un signe très positif du retour au travail de la main-d’œuvre en tourisme, les retombées de la pandémie de la COVID-19 se font toujours sentir puisqu’il y a toujours un manque à gagner de 203 000 travailleurs par rapport au nombre total de 2 213 000 travailleurs enregistrés avant la pandémie (mai 2019). Dans le contexte de la reprise touristiques, on a certes observé des changements positifs dans le taux de chômage en mai 2022, ainsi que des gains d’emploi dans les sous-secteurs de l’hébergement, de la restauration, des loisirs et des divertissements, mais la taille de la population active en tourisme continue d’être bien inférieure à la demande de travailleurs.

En résumé, une importante pénurie de main-d’œuvre persiste dans ce secteur à un moment où de nombreux sous-secteurs du tourisme se préparent en vue de la saison de pointe.

Emploi en tourisme en mai 2022 = 9,7 % de la main-d’œuvre canadienne

Avec ses 1 931 200 travailleurs, le tourisme représentait 9,7 % de la main-d’œuvre canadienne totale (19 836 400) en mai 2022. Les données sur l’emploi montrent une évolution positive et importante dans tous les sous-secteurs, allant jusqu’à une hausse de 5,9 % (107 300 travailleurs) par rapport à avril (1 823 900). Les gains d’emploi les plus importants ont été enregistrés dans les sous-secteurs de l’hébergement, et des loisirs et divertissements. Comparativement au même mois (mai) des années précédentes, l’emploi en tourisme a globalement progressé depuis mai 2021 (+ 24,4 % dans son ensemble), mais on n’est toujours pas revenu aux niveaux observés en mai 2019, soit avant la pandémie en avril 2019 (- 7,6 %).

Taux de chômage dans le secteur du tourisme en mai 2022 = 3,9 %

En mai 2022, le taux de chômage en tourisme était de 3,9 %, ce qui est inférieur au taux observé en mai 2021 (5,9 %) et au cours du mois précédent (avril 2022) (5,1 %).

À 3,9 %, le taux de chômage du secteur touristique était nettement inférieur au taux de chômage non désaisonnalisé pour l’ensemble du Canada (5,1 %). Tous les sous-secteurs du tourisme affichent des taux de chômage qui sont inférieurs à ceux du même mois de l’année précédente.

À l’échelle provinciale, les taux de chômage dans le secteur du tourisme ont varié entre 3,3 % en Colombie-Britannique et 13,3 % à l’Île-du-Prince-Édouard. Les taux de chômage provinciaux (non désaisonnalisés) pour le tourisme étaient inférieurs aux taux signalés pour l’ensemble des économies provinciales, sauf à l’Île-du-Prince-Édouard, en Nouvelle-Écosse et en Saskatchewan.

La hausse globale de l’emploi en mai est attribuable à l’augmentation de l’emploi à temps plein. L’emploi à temps partiel en tourisme a fléchi (-13 900), alors que l’emploi à temps plein a augmenté de 121 200 travailleurs.

Pour un aperçu complet des dernières tendances de la main-d’œuvre du tourisme, veuillez visiter le Suivi de l’emploi dans le tourisme.


[1]SOURCE : Statistique Canada, Enquête sur la population active, tableaux personnalisés. Basés sur des données non désaisonnalisées pour la période du 15 au 21 mai 2022.

[2] La main-d’œuvre comprend le nombre total de personnes qui ont déclaré être en situation d’emploi et sans emploi (mais activement à la recherche d’un travail) dans les sous-secteurs du tourisme.

[3]Tel que défini dans le Compte satellite du tourisme au Canada. Selon la classification des industries de SCIAN, les industries qui font partie du secteur du tourisme sont celles qui, dans l’éventualité où le tourisme s’effondrait, devraient cesser leurs activités ou les réduire de manière importante.

Retour haut de page