Emploi touristique canadien – résumé mensuel – février 2019

(non désaisonnalisé)

En février 2019, le taux de chômage1 dans le secteur du tourisme était de 4,9 %, soit 0,7 % de moins que le taux signalé en février 2018 et identique au mois précédent (janvier 2019).

À 4,9 %, le taux de chômage du tourisme était bien inférieur au taux de chômage non ajusté de manière saisonnière du Canada, qui était de 6,1 %.

Tous les groupes de l’industrie du tourisme ont signalé des taux de chômage inférieurs à ceux du même mois de l’année dernière (Tableau 1).

À l’échelle provinciale, les taux de chômage du tourisme ont varié entre 2,8 % en Alberta et 13,4 % à l’Île-du-Prince-Édouard.

Les taux de chômage saisonniers non corrigés pour le tourisme dans chaque province, à l’exception de l’Île-du-Prince-Édouard et du Québec, étaient inférieurs aux taux déclarés pour l’économie provinciale (Graphique 1).

L’emploi lié au tourisme représentait 11,0 % de la population active totale du Canada en février.

Tableau 1 – Taux de chômage – Groupes de l’industrie du tourisme – Février 2018/2019
Groupes de l’industrie du tourisme2 Taux de chômage – février 2018 Taux de chômage – février 2019
Tourisme 5,6 % 4,9 %
Hébergement 9,9 % 7,5 %
Restauration 5,4 % 4,8 %
Loisirs et divertissements 7,4 % 7,3 %
Transport 1,9 % 1,7 %
Services de voyage 4,5 % N/A
Graphique 1 – Secteur du tourisme et main-d’oeuvre totale – taux de chômage par province (non désaisonnalisé)

1 Pour déterminer le taux de chômage, la classification d’industries (SCIAN) sont basées sur l’emploi le plus récent qui a eu lieu dans la dernière année, et sont auto-identifiés par l’intimé. Les chômeurs sont ceux qui, au cours de la période de référence, étaient disponibles pour travailler mais étaient : mise à pied temporaire; étaient sans travail; ou devraient commencer un nouvel emploi dans les quatre prochaines semaines.

2 Tel que défini par le compte satellite du tourisme. Les industries du SCIAN, inclus dans le secteur du tourisme sont ceux qui cesserait d’exister or de fonctionner à un niveau d’activité sensiblement réduit comme une conséquence directe de l’absence de tourisme. Source: Enquête sur la population active de Statistique Canada, totalisations personnalisées. Basé sur des données pour la semaine se terminant le 16 février 2019.

Retour haut de page