Author: Tourism HR Canada

Toronto, le 13 mai 2020 — Les étudiants en tourisme et en hôtellerie du Centennial College sont invités à profiter de la formation en ligne gratuite pendant la pandémie de la COVID-19 pour acquérir des certificats reconnus à l’échelle nationale, grâce à RH Tourisme Canada, favorisant ainsi une main-d’œuvre touristique de calibre mondial.

« Alors que la pandémie de COVID-19 affecte grandement l’industrie touristique et les systèmes d’éducation au Canada, le recours à des solutions novatrices peut s’avérer d’une aide précieuse », déclare la ministre du Développement économique et des Langues officielles, l’honorable Mélanie Joly. « Soutenu par le gouvernement du Canada, ce partenariat unique entre le Centennial College et le système de formation en ligne emerit de RH Tourisme Canada permettra aux étudiants canadiens d’obtenir gratuitement une formation de grande qualité qui les préparera à occuper les emplois intéressants et bien rémunérés offerts par l’industrie touristique. »

Les cours en ligne Emerit, validés par l’industrie, permettent aux gestionnaires d’événements, aux gestionnaires de la restauration, aux préposés à la réception et aux préposés à l’entretien ménager d’acquérir les compétences et les connaissances nécessaires pour réussir dans leur carrière. Les cours s’appuient sur les normes professionnelles nationales canadiennes et l’obtention des certificats en ligne répond aux exigences des employeurs du secteur du tourisme dans tout le pays. Cet effort novateur aidera l’industrie à gérer et à retenir les talents, à améliorer les compétences de la main-d’œuvre et à développer la résilience en vue d’une éventuelle reprise des activités.

« Notre partenariat avec le Centennial College pour offrir rapidement des programmes de formation reconnus par l’industrie reflète l’importance prioritaire que nous accordons à l’investissement dans la main-d’œuvre de demain, » déclare Philip Mondor, président et directeur général de RH Tourisme Canada. « L’apprentissage en ligne contribuera à retenir les nombreux étudiants nationaux et internationaux talentueux et à faire en sorte que leurs études puissent se dérouler sans trop de perturbations. »

Les étudiants qui complètent les cours en ligne seront admissibles à la reconnaissance des acquis pour les deux programmes de la School of Hospitality, Tourism and Culinary Arts accrédités par RH Tourisme Canada. Le diplôme de gestion des opérations hôtelières et le diplôme d’études approfondies en gestion hôtelière et touristique de l’établissement ont tous deux reçu la désignation SMART+, soit le plus haut niveau d’accréditation accordé par RH Tourisme Canada.

« Le fait de se préparer pour l’éventuelle reprise de l’industrie du tourisme apporte aux étudiants des compétences essentielles et, plus important encore, un sentiment d’espoir et d’optimisme, » déclare Joe Baker, doyen de la School of Hospitality, Tourism and Culinary Arts du Centennial College. « Le Centennial Collège vise la réussite des étudiants en leur offrant l’expérience et le mentorat nécessaires pour soutenir une nouvelle génération de diplômés exceptionnels. Cette collaboration est née de la résilience et de l’innovation, deux éléments qui se reflètent dans la conception de la formation et de la certification des compétences Emerit. »

– 30 –

Personne-ressource : Mark Toljagic, Agent de communications, Centennial College, 416-605-6012 / mtoljagic@centennialcollege.ca

(non désaisonnalisé)

En février 2020, le taux de chômage1 dans le secteur du tourisme était de 5,7 %, soit 0,8 % de plus que le taux signalé en février 2019, et le même que le mois précédent (janvier 2020).

À 5,7 %, le taux de chômage du tourisme était inférieur au taux de chômage non désaisonnalisé du Canada, qui était de 5,9 %.

Les sous-secteurs de l’hébergement, des services de restauration et des transports ont déclaré des taux de chômage plus élevés que ceux du même mois l’an dernier, tandis que le taux de chômage du sous-secteur des loisirs et divertissements est demeuré le même (Tableau 1).

À l’échelle provinciale, le taux de chômage lié au tourisme variait de 4,3 % au Manitoba à 15,5 % à l’Île-du-Prince-Édouard.

Les taux de chômage non désaisonnalisés pour le tourisme dans chaque province, à l’exception de l’Île-du-Prince-Édouard, de la Nouvelle-Écosse, du Québec et de la Colombie-Britannique, étaient inférieurs aux taux déclarés pour l’économie provinciale (Graphique 1).

L’emploi lié au tourisme représentait 10,7 % de la population active totale du Canada pour le mois de février.

Tableau 1 – Taux de chômage – groupes d’industrie du tourisme – février 2019/2020
Groupes d’industrie du tourisme2 Taux de chômage – février 2019 Taux de chômage – février 2020
Tourisme 4,9 % 5,7 %
Hébergement 7,5 % 9,7 %
Restauration 4,8 % 5,7 %
Loisirs et divertissements 7,3 % 7,3 %
Transport 1,7 % 2,5 %
Services de voyage
Graphique 1 – Secteur du tourisme et main-d’oeuvre totale – taux de chômage par province (non désaisonnalisé)

Voir les graphiques interactifs

1 Pour déterminer le taux de chômage, les classifications d’industries (SCIAN) sont basées sur l’emploi le plus récent qui a eu lieu dans la dernière année, et sont auto-identifiés par l’intimé. Les chômeurs sont ceux qui, au cours de la période de référence, étaient disponibles pour travailler mais étaient mise à pied temporaire, étaient sans travail, ou devraient commencer un nouvel emploi dans les quatre prochaines semaines.

2 Tel que défini par le compte satellite du tourisme. Les industries du SCIAN inclus dans le secteur du tourisme sont ceux qui cesserait d’exister or de fonctionner à un niveau d’activité sensiblement réduit comme une conséquence directe de l’absence de tourisme. Source: Enquête sur la population active de Statistique Canada, totalisations personnalisées. Basé sur des données pour la semaine se terminant le 15 février 2020.

Faits saillants de l’Enquête sur la population active (2019)

L’Enquête sur la population active (EPA), menée par Statistique Canada, est la seule source d’estimations mensuelles en matière d’emploi pour les industries canadiennes. Elle recueille des indicateurs normalisés mensuels du marché du travail et est une importante source d’information sur la population active dans toutes les provinces.

RH Tourisme Canada a complété sa revue annuelle des estimations de 2019 disponibles pour les sous-secteurs du tourisme.

L’information présentée ici est tirée de l’Enquête sur la population active de Statistique Canada. Les taux de chômage dans le secteur du tourisme du Canada y sont présentés par province et par sous-secteur.

Ces données sont non désaisonnalisées, ce qui permet d’établir des comparaisons entre le secteur du tourisme et l’économie globale. À ce titre, les statistiques mensuelles et annuelles pour l’ensemble de la population active du Canada différeront des statistiques désaisonnalisées qui sont généralement présentées par Statistiques Canada.

Le chômage dans le tourisme en 2019

Le taux de chômage dans le secteur du tourisme a légèrement augmenté pour atteindre 5,1 % en 2019, en hausse par rapport au faible taux record de 4,9 % enregistré en 2018. Le taux de chômage du secteur du tourisme était inférieur par plus d’un demi-point de pourcentage au taux de chômage de l’ensemble de la population active qui a atteint un faible taux record de 5, 7 % en 2019 (en baisse par rapport au taux de 5,8 % enregistré en 2018).

Le chômage dans le secteur du tourisme a atteint son niveau le plus bas en septembre (4,5 %), suivi de près par octobre et décembre (4,6 %), ce qui est surprenant, dans la mesure où le chômage dans le secteur du tourisme a tendance à augmenter tout au long de l’automne et de l’hiver en raison de la variabilité saisonnière.

Tendances mensuelles

Le tourisme se compose de 29 industries individuelles regroupées en cinq sous-secteurs. Le sous-secteur de l’hébergement affichait le taux de chômage annuel le plus élevé en 2019, soit 6,9 %, tandis que le sous-secteur du transport avait le plus faible taux, soit 2,6 %.

Les sous-secteurs de l’hébergement et des loisirs et divertissements ont affiché la plus grande variabilité mensuelle. En janvier, le taux de chômage atteignant 9,6 % pour l’hébergement, mais diminuant à 2,8 % en juillet, tandis que celui des loisirs et divertissements variait de 8,7 % à 4,6 % selon le mois.

Tendances provinciales

À l’échelle régionale, les taux de chômage les plus élevés ont été enregistrés dans les régions de l’est du Canada. L’Île-du-Prince-Édouard a connu le taux de chômage annuel le plus élevé dans le secteur du tourisme, soit 10,1 %, tandis que la Colombie-Britannique a connu le taux le plus bas, soit 3,2 %.

Le taux de chômage annuel élevé dans certaines provinces est en grande partie le résultat de la volatilité de la demande saisonnière. Par exemple, le taux de chômage dans le secteur du tourisme à l’Île-du-Prince-Édouard est passé de 15,9 % en janvier 2019 à 0,0 % en juillet et août, pour remonter à 17,1 % en novembre. La Nouvelle-Écosse, le Nouveau-Brunswick et Terre-Neuve-et-Labrador ont affiché une volatilité similaire. En comparaison, le taux de chômage dans le secteur du tourisme en Colombie-Britannique a connu moins de fluctuations, avec un minimum de 2,4 % en juillet et un maximum de 4,4 % en septembre.

Tendances à long terme

Alors que cette année marque une légère augmentation du taux de chômage dans le secteur du tourisme, le taux de chômage annuel dans ce secteur est en baisse constante depuis 2009, à l’exception d’une autre légère augmentation enregistrée en 2014. Avant 2009, le secteur du tourisme avait atteint un faible taux de chômage de 6,0 % en 2007 et de 6,2 % en 2008. En raison du ralentissement économique mondial, les taux de chômage ont grimpé en flèche en 2009. Le tourisme a culminé à 7,6 %, tandis que la population active totale a atteint 8,3 %. Les deux taux ont eu tendance à baisser depuis, et le secteur du tourisme a maintenu un taux de chômage constamment à la baisse depuis.

Emplois à temps partiel et à temps plein

Il y a eu une croissance de l’emploi à temps plein et à temps partiel dans le secteur du tourisme, les postes à temps partiel augmentant légèrement plus rapidement que les postes à temps plein. En 2000, les postes à temps partiel représentaient 32,7 % des emplois dans le secteur du tourisme; en 2019, ils représentaient 37,0 % des emplois dans ce secteur.

Vous pouvez obtenir des données détaillées sur la population active par profession et par région au moyen de notre outil de Recherche rapide, hébergé sur emerit.ca. Inscrivez-vous pour ouvrir un compte afin d’avoir accès aux données.

canada_govCe projet est financé par le Gouvernement du Canada par le biais du Programme d’appui aux initiatives sectorielles.
Les opinions et interprétations contenues dans cette publication sont celles de l’auteur et ne reflètent pas nécessairement celles du gouvernement du Canada.
Source : Adapté de Statistique Canada, Enquête sur la population active (EPA). Cela ne constitue pas une approbation de ce produit par Statistique Canada.

(non désaisonnalisé)

En janvier 2020, le taux de chômage1 dans le secteur du tourisme était de 5,7 %, soit 0,8 % de plus que le taux signalé en janvier 2019, et plus élevé que le mois précédent (décembre 2019) lorsque le taux de chômage était de 4,6 %.

À 5,7 %, le taux de chômage du tourisme était inférieur au taux de chômage non désaisonnalisé du Canada, qui était de 5,8 %.

À l’exception des sous-secteurs des services de restauration et des transports, tous les groupes d’industrie du tourisme ont déclaré des taux de chômage égaux à ou inférieurs à ceux du même mois l’an dernier (Tableau 1).

À l’échelle provinciale, le taux de chômage lié au tourisme variait de 2,8 % au Manitoba à 18,3 % à l’Île-du-Prince-Édouard.

Les taux de chômage non désaisonnalisés du tourisme dans chaque province, à l’exception de l’Île-du-Prince-Édouard, de la Nouvelle-Écosse, du Québec et de la Colombie-Britannique, étaient inférieurs aux taux déclarés pour l’économie provinciale (Graphique 1).

L’emploi lié au tourisme représentait 10,8 % de la population active totale du Canada pour le mois de janvier.

Tableau 1 – Taux de chômage – groupes d’industrie du tourisme – janvier 2019/2020
Groupes d’industrie du tourisme2 Taux de chômage – janvier 2019 Taux de chômage – janvier 2020
Tourisme 4,9 % 5,7 %
Hébergement 9,6 % 7,2 %
Restauration 4,6 % 6,3 %
Loisirs et divertissements 6,9 % 6,9 %
Transport 1,8 % 2,8 %
Services de voyage
Graphique 1 – Secteur du tourisme et main-d’oeuvre totale – taux de chômage par province (non désaisonnalisé)

Voir les graphiques interactifs

1 Pour déterminer le taux de chômage, les classifications d’industries (SCIAN) sont basées sur l’emploi le plus récent qui a eu lieu dans la dernière année, et sont auto-identifiés par l’intimé. Les chômeurs sont ceux qui, au cours de la période de référence, étaient disponibles pour travailler mais étaient mise à pied temporaire, étaient sans travail, ou devraient commencer un nouvel emploi dans les quatre prochaines semaines.

2 Tel que défini par le compte satellite du tourisme. Les industries du SCIAN inclus dans le secteur du tourisme sont ceux qui cesserait d’exister or de fonctionner à un niveau d’activité sensiblement réduit comme une conséquence directe de l’absence de tourisme. Source: Enquête sur la population active de Statistique Canada, totalisations personnalisées. Basé sur des données pour la semaine se terminant le 18 janvier 2020.

THRC logo

Le conseil d’administration de RH Tourisme Canada soutient et guide notre organisation pancanadienne dans l’exécution de son mandat, qui consiste à constituer une main-d’œuvre touristique de calibre mondial. Notre équipe facilite, coordonne et soutient des activités de développement des ressources humaines qui appuient une industrie durable et compétitive à l’échelle mondiale et favorisent le développement d’une main-d’œuvre dynamique et résiliente.

Treize administrateurs ou administratrices formant un échantillon représentatif de tous les acteurs du secteur du tourisme canadien sont sélectionnés en fonction des critères de notre cadre de compétences pour le conseil d’administration. Cela assure une sélection axée sur les compétences essentielles que chaque membre peut apporter à l’expertise collective d’un conseil d’administration engagé et proactif.

RH Tourisme Canada accepte maintenant les candidatures pour trois postes d’administrateurs bénévoles :

  • deux personnes représentant le « secteur du tourisme provincial ou régional ou une association connexe », c’est-à-dire les associations ou organisations dont le mandat est à l’échelle provinciale ou régionale;
  • une personne représentant « une entreprise ou une organisation connexe provinciale, régionale, pancanadienne ou internationale mettant l’accent sur le tourisme ou les services liés au tourisme (c.-à-d. au sens large) ».

Engagement

Les administrateurs et administratrices du conseil d’administration de RH Tourisme Canada doivent respecter ce qui suit :

  • être membre en règle et adhérer au code de déontologie;
  • accepter de servir pour un mandat de deux ou trois ans;
  • assister en personne à deux réunions du conseil d’administration par année (juin et novembre) et à une assemblée générale annuelle tenue en même temps que la réunion de novembre;
  • siéger aux comités désignés par le conseil d’administration, le cas échéant;
  • aider au réseautage, à l’organisation de réunions avec les intervenants ou à la représentation de RH Tourisme Canada lors d’événements;
  • participer à l’auto-évaluation annuelle et au processus d’évaluation du conseil d’administration.

Processus de nomination

Le processus de sélection de RH Tourisme Canada est ouvert et transparent. Les administrateurs ou administratrices seront choisis parmi les candidatures reçues en fonction de leur admissibilité, des besoins et du profil de compétences établis pour le conseil d’administration de RH Tourisme Canada.

Un candidat peut se proposer lui-même ou être proposé par une autre personne. Les candidats qui sont proposés par une autre personne seront contactés pour confirmer leur consentement à être proposés.

Le comité de nomination examinera et vérifiera toutes les candidatures et présentera la liste des candidats recommandés au conseil d’administration pour considération. L’élection finale des administrateurs aura lieu lors d’une réunion extraordinaire du conseil d’administration en mars 2020.

Admissibilité

Pour être admissibles, les candidats ou candidates doivent répondre aux critères suivants :

  • être un membre actuel de RH Tourisme Canada;
  • avoir 18 ans ou plus;
  • démontrer les qualifications minimales décrites dans le profil de compétences du conseil.

Comment soumettre sa candidature

Veuillez faire parvenir les documents suivants à RH Tourisme Canada d’ici le vendredi 21 février 2020 :

  • le formulaire de candidature dûment rempli;
  • votre curriculum vitae, en tant que pièce justificative mettant en évidence vos qualifications en rapport avec le profil de compétences établi pour le conseil d’administration;
  • Une ou deux lettres de recommandation d’un professionnel appuyant votre candidature.

Veuillez communiquer avec nous par courriel à info@tourismhr.ca pour obtenir le profil de compétence du conseil d’administration et le formulaire de candidature.

(non désaisonnalisé)

En décembre 2019, le taux de chômage1 dans le secteur du tourisme était de 4,6 %, soit 0,5 % de plus que le taux signalé en décembre 2018, et inférieur au mois précédent (novembre 2019) lorsque le taux de chômage était de 5,3 %.

À 4,6 %, le taux de chômage du tourisme était inférieur au taux de chômage non désaisonnalisé du Canada, qui était de 5,1 %.

À l’exception du sous-secteur des services de restauration, tous les groupes d’industrie du tourisme ont déclaré des taux de chômage plus élevés qu’au même mois l’an dernier (Tableau 1).

À l’échelle provinciale, le taux de chômage lié au tourisme variait de 2,6 % en Saskatchewan à 14,5 % à l’Île-du-Prince-Édouard.

Les taux de chômage non désaisonnalisés du tourisme dans chaque province, à l’exception de l’Île-du-Prince-Édouard, du Québec et de la Colombie-Britannique, étaient inférieurs aux taux déclarés pour l’économie provinciale (Graphique 1).

L’emploi lié au tourisme représentait 10,9 % de la population active totale du Canada pour le mois de décembre.

Tableau 1 – Taux de chômage – groupes d’industrie du tourisme – décembre 2018/2019
Groupes d’industrie du tourisme2 Taux de chômage – décembre 2018 Taux de chômage – décembre 2019
Tourisme 4,1 % 4,6 %
Hébergement 6,3 % 6,4 %
Restauration 4,4 % 4,0 %
Loisirs et divertissements 5,3 % 7,0 %
Transport 1,2 % 2,7 %
Services de voyage
Graphique 1 – Secteur du tourisme et main-d’oeuvre totale – taux de chômage par province (non désaisonnalisé)

Voir les graphiques interactifs

1 Pour déterminer le taux de chômage, les classifications d’industries (SCIAN) sont basées sur l’emploi le plus récent qui a eu lieu dans la dernière année, et sont auto-identifiés par l’intimé. Les chômeurs sont ceux qui, au cours de la période de référence, étaient disponibles pour travailler mais étaient mise à pied temporaire, étaient sans travail, ou devraient commencer un nouvel emploi dans les quatre prochaines semaines.

2 Tel que défini par le compte satellite du tourisme. Les industries du SCIAN inclus dans le secteur du tourisme sont ceux qui cesserait d’exister or de fonctionner à un niveau d’activité sensiblement réduit comme une conséquence directe de l’absence de tourisme. Source: Enquête sur la population active de Statistique Canada, totalisations personnalisées. Basé sur des données pour la semaine se terminant le 14 décembre 2019.

(non désaisonnalisé)

En novembre 2019, le taux de chômage1 dans le secteur du tourisme était de 5,3 %, soit 0,8 % de plus que le taux signalé en novembre 2018 et plus élevé que le mois précédent (octobre 2019) lorsque le taux de chômage était de 4,6 %.

À 5,3 %, le taux de chômage du tourisme était inférieur au taux de chômage non désaisonnalisé du Canada, qui était de 5,5 %.

À l’exception du sous-secteur de restauration, tous les groupes d’industrie du tourisme ont déclaré des taux de chômage plus élevés qu’au même mois l’an dernier (Tableau 1).

À l’échelle provinciale, le taux de chômage lié au tourisme variait de 3,8 % en Ontario à 17,1 % à l’Île-du-Prince-Édouard.

Les taux de chômage non désaisonnalisés du tourisme dans chaque province, à l’exception de l’Île-du-Prince-Édouard, du Québec et du Manitoba, étaient inférieurs aux taux déclarés pour l’économie provinciale (Graphique 1).

L’emploi lié au tourisme représentait 10,8 % de la population active totale du Canada en novembre.

Tableau 1 – Taux de chômage – groupes d’industrie du tourisme – novembre 2018/2019
Groupes d’industrie du tourisme2 Taux de chômage – novembre 2018 Taux de chômage – novembre 2019
Tourisme 4,5 % 5,3 %
Hébergement 7,9 % 8,6 %
Restauration 5,0 % 4,8 %
Loisirs et divertissements 4,6 % 7,2 %
Transport 1,9 % 2,8 %
Services de voyage 2,6 % 4,5 %
Graphique 1 – Secteur du tourisme et main-d’oeuvre totale – taux de chômage par province (non désaisonnalisé)

1 Pour déterminer le taux de chômage, les classifications d’industries (SCIAN) sont basées sur l’emploi le plus récent qui a eu lieu dans la dernière année, et sont auto-identifiés par l’intimé. Les chômeurs sont ceux qui, au cours de la période de référence, étaient disponibles pour travailler mais étaient mise à pied temporaire, étaient sans travail, ou devraient commencer un nouvel emploi dans les quatre prochaines semaines.

2 Tel que défini par le compte satellite du tourisme. Les industries du SCIAN inclus dans le secteur du tourisme sont ceux qui cesserait d’exister or de fonctionner à un niveau d’activité sensiblement réduit comme une conséquence directe de l’absence de tourisme. Source: Enquête sur la population active de Statistique Canada, totalisations personnalisées. Basé sur des données pour la semaine se terminant le 16 novembre 2019.

Au cours des prochaines années, le secteur du tourisme pourrait afficher une très forte croissance, autant comme moteur de l’économie qu’en tant que source d’emplois au Canada. Cependant, un enjeu de taille lui fait obstacle : les pénuries de main-d’œuvre auxquelles sont confrontées les entreprises touristiques, notamment dans les régions rurales et éloignées.

Quelque 63 % des entreprises touristiques signalent que les pénuries de main-d’œuvre sont un enjeu bien réel, qui se traduit dans la réalité par la difficulté à recruter des employés qualifiés, des problèmes de recrutement au niveau local et l’incapacité à retenir des employés fiables.

En tant que principales sources d’information sur la main-d’œuvre en tourisme au Canada, RH Tourisme Canada est heureux d’annoncer la publication du plus récent rapport sur l’offre et la demande de main-d’œuvre en tourisme, intitulé Le point sur les perspectives de croissance dans un contexte de pénurie de main-d’œuvre. Ce rapport quantifie les répercussions des tendances démographiques et économiques à long terme sur l’offre et la demande de main-d’œuvre dans le secteur du tourisme au Canada.

Le rapport complet est disponible sur le site www.emerit.ca. Une synthèse des résultats est accessible gratuitement sur le site www.tourismhr.ca.

Faits saillants

  • Selon l’Enquête sur les postes vacants et les salaires 2015, il y avait 22 320 postes vacants à l’année dans le secteur du tourisme au Canada en 2015.
  • D’ici 2035, les touristes et les Canadiens pourraient dépenser jusqu’à 338 milliards de dollars dans le secteur du tourisme et quelque 2,3 millions de travailleurs seront nécessaires pour répondre à la demande.
  • Au cours des dernières années, le Canada a accueilli de plus en plus d’immigrants chaque année. Ces changements dans les politiques d’immigration permettront d’atténuer les pénuries de main-d’œuvre, mais ils ne l’élimineront pas totalement.
  • D’ici 2035, il pourrait y avoir 93 000 postes vacants dans le secteur du tourisme, ce qui entraînera des pertes potentielles de revenus de 10,1 milliards de dollars.

En définitive, les pénuries de main-d’œuvre sont un obstacle à la croissance du tourisme. Les résultats de l’étude montrent que ces pénuries nuisent véritablement à la croissance du tourisme ou la limitent considérablement. Les conséquences de ces pénuries, comme le désengagement des investisseurs à l’égard du secteur et l’incapacité des entreprises à répondre à la demande, pourraient coûter des millions des dollars au Canada.

Le portrait de la situation peut sembler sombre, mais les pénuries projetées ne sont pas inévitables. À l’heure actuelle, l’étude s’appuie sur la stabilité de certains paramètres, comme l’attrait des emplois en tourisme, les responsabilités liées à l’emploi, les salaires et les programmes de formation et d’éducation, mais ces paramètres pourraient changer.

Les mesures prises par les gouvernements, le secteur dans son ensemble et les entreprises individuelles pourraient considérablement accroître le nombre de travailleurs disponibles dans le secteur du tourisme. Le présent rapport nous en fournit la preuve puisqu’il rend compte des répercussions des taux majorés d’immigration (annoncés par le gouvernement en novembre 2017). Par la comparaison du scénario sans taux majoré d’immigration au scénario avec des taux majorés d’immigration, l’étude fournit en effet la preuve que des décisions au niveau politique peuvent avoir une incidence sur le marché du travail. Le secteur continuera certes d’être confronté à une pénurie de 93 000 travailleurs, mais la pénurie sera bien moins importante que les prévisions du scénario sans les taux majorés d’immigration. Autrement dit, les changements annoncés en matière de politique devraient contribuer à pourvoir 44 000 emplois en tourisme, qui seraient autrement restés vacants au cours de la période de prévision.

Le rapport est principalement axé sur les prévisions futures en matière d’offre et de demande en main-d’œuvre dans le secteur du tourisme, mais plusieurs autres questions y sont également abordées, comme les résultats de l’Enquête sur les perspectives du tourisme et les problèmes de main-d’œuvre 2018-2019, les ouvertures de poste potentielles dans le secteur du tourisme et les répercussions de l’économie de partage sur le secteur.

(non désaisonnalisé)

En octobre 2019, le taux de chômage1 dans le secteur du tourisme était de 4,6 %, soit 0,3 % de plus que le taux signalé en octobre 2018, et supérieur à celui du mois précédent (septembre 2019), où le taux de chômage était de 4,5 %.

À 4,6 %, le taux de chômage du tourisme était inférieur au taux de chômage non désaisonnalisé du Canada, qui était de 5,0 %.

À l’exception des sous-secteurs de loisirs et divertissements et de transport, tous les groupes d’industrie du tourisme ont signalé des taux de chômage inférieurs à ceux du même mois de l’année dernière (Tableau 1).

À l’échelle provinciale, les taux de chômage du tourisme ont varié entre 3,4% en Colombie-Britannique à 8,0% en Nouvelle-Écosse.

Les taux de chômage saisonniers non ajustés pour le tourisme dans chaque province, à l’exception de la Nouvelle-Écosse, du Québec et de la Saskatchewan, étaient inférieurs aux taux déclarés pour les économies provinciales (Graphique 1).

L’emploi lié au tourisme représentait 10,8 % de la population active totale du Canada en octobre.

Tableau 1 – Taux de chômage – groupes d’industrie du tourisme – octobre 2018/2019
Groupes d’industrie du tourisme2 Taux de chômage – octobre 2018 Taux de chômage – octobre 2019
Tourisme 4,3 % 4,6 %
Hébergement 7,4 % 7,0 %
Restauration 4,9 % 4,9 %
Loisirs et divertissements 4,1 % 5,0 %
Transport 2,0 % 2,9 %
Services de voyage 3,1 %
Graphique 1 – Secteur du tourisme et main-d’oeuvre totale – taux de chômage par province (non désaisonnalisé)

1 Pour déterminer le taux de chômage, les classifications d’industries (SCIAN) sont basées sur l’emploi le plus récent qui a eu lieu dans la dernière année, et sont auto-identifiés par l’intimé. Les chômeurs sont ceux qui, au cours de la période de référence, étaient disponibles pour travailler mais étaient mise à pied temporaire, étaient sans travail, ou devraient commencer un nouvel emploi dans les quatre prochaines semaines.

2 Tel que défini par le compte satellite du tourisme. Les industries du SCIAN inclus dans le secteur du tourisme sont ceux qui cesserait d’exister or de fonctionner à un niveau d’activité sensiblement réduit comme une conséquence directe de l’absence de tourisme. Source: Enquête sur la population active de Statistique Canada, totalisations personnalisées. Basé sur des données pour la semaine se terminant le 19 octobre 2019.

(non désaisonnalisé)

En septembre 2019, le taux de chômage1 dans le secteur du tourisme était de 4,5 %, soit 0,2 % de moins que le taux signalé en septembre 2018, et inférieur à celui du mois précédent (août 2019), où le taux de chômage était de 4,9 %.

À 4,5 %, le taux de chômage du tourisme était inférieur au taux de chômage non désaisonnalisé du Canada, qui était de 5,0 %.

À l’exception des sous-secteurs d’hébergement et de services de restauration, tous les groupes d’industrie du tourisme ont signalé des taux de chômage inférieurs à ceux du même mois de l’année dernière (Tableau 1).

À l’échelle provinciale, les taux de chômage du tourisme ont varié entre 2,1 % au Manitoba et 5,0 % à l’Île-du-Prince-Édouard.

Les taux de chômage saisonniers non ajustés pour le tourisme dans chaque province, à l’exception du Québec, étaient inférieurs aux taux déclarés pour les économies provinciales (Graphique 1).

L’emploi lié au tourisme représentait 11,1 % de la population active totale du Canada en septembre.

Tableau 1 – Taux de chômage – groupes d’industrie du tourisme – septembre 2018/2019
Groupes d’industrie du tourisme2 Taux de chômage – septembre 2018 Taux de chômage – septembre 2019
Tourisme 4,7 % 4,5 %
Hébergement 5,5 % 8,1 %
Restauration 5,0 % 5,3 %
Loisirs et divertissements 5,3 % 4,6 %
Transport 3,0 % 1,2 %
Services de voyage 2,7 %
Graphique 1 – Secteur du tourisme et main-d’oeuvre totale – taux de chômage par province (non désaisonnalisé)

1 Pour déterminer le taux de chômage, les classifications d’industries (SCIAN) sont basées sur l’emploi le plus récent qui a eu lieu dans la dernière année, et sont auto-identifiés par l’intimé. Les chômeurs sont ceux qui, au cours de la période de référence, étaient disponibles pour travailler mais étaient mise à pied temporaire, étaient sans travail, ou devraient commencer un nouvel emploi dans les quatre prochaines semaines.

2 Tel que défini par le compte satellite du tourisme. Les industries du SCIAN inclus dans le secteur du tourisme sont ceux qui cesserait d’exister or de fonctionner à un niveau d’activité sensiblement réduit comme une conséquence directe de l’absence de tourisme. Source: Enquête sur la population active de Statistique Canada, totalisations personnalisées. Basé sur des données pour la semaine se terminant le 21 septembre 2019.