L’Enquête sur la population active (EPA), menée par Statistique Canada, est la seule source d’estimations mensuelles en matière d’emploi pour les industries canadiennes. Elle recueille des indicateurs normalisés mensuels du marché du travail et est une importante source d’information sur la population active dans toutes les provinces. RH Tourisme Canada examine les estimations disponibles pour les industries du tourisme sur une base annuelle.


Les abonnées au bulletin de nouvelles HR Insider reçoivent les estimations mensuelles pour l’emploi et le chômage dans chacun des cinq sous-secteurs du tourisme et pour chaque province. Cliquez ici pour vous abonner à HR Insider.

Les faits saillants de l’Enquête sur la population active de 2019

L’information présentée ici est tirée de l’Enquête sur la population active de Statistique Canada.

Les taux de chômage dans le secteur du tourisme du Canada y sont présentés par province et par sous-secteur.

Les données sont non désaisonnalisées, ce qui permet d’établir des comparaisons entre le secteur du tourisme et l’économie globale. À ce titre, les statistiques mensuelles et annuelles pour l’ensemble de la population active du Canada différeront des statistiques désaisonnalisées qui sont généralement présentées.

Les taux de chômage annuels moyens par sous-secteur

Le taux de chômage dans le secteur du tourisme a légèrement augmenté pour atteindre 5,1 % en 2019, en hausse par rapport au faible taux record de 4,9 % enregistré en 2018. Le taux de chômage du secteur du tourisme était inférieur par plus d’un demi-point de pourcentage au taux de chômage de l’ensemble de la population active qui a atteint un faible taux record de 5, 7 % en 2019 (en baisse par rapport au taux de 5,8 % enregistré en 2018). Notons que l’économie est généralement considérée comme fonctionnant au plein emploi lorsque le taux global atteint 6,0 % ou moins.

Les taux de chômage annuels moyens par province (le tourisme par rapport à la population active)

À l’échelle régionale, les taux de chômage les plus élevés ont été enregistrés dans les régions de l’est du Canada. L’Île-du-Prince-Édouard a connu le taux de chômage annuel le plus élevé dans le secteur du tourisme, soit 10,1 %, tandis que la Colombie-Britannique a connu le taux le plus bas, soit 3,2 %.

Le taux de chômage annuel élevé dans certaines provinces est en grande partie le résultat de la volatilité de la demande saisonnière. Par exemple, le taux de chômage dans le secteur du tourisme à l’Île-du-Prince-Édouard est passé de 15,9 % en janvier 2019 à 0,0 % en juillet et août, pour remonter à 17,1 % en novembre. La Nouvelle-Écosse, le Nouveau-Brunswick et Terre-Neuve-et-Labrador ont affiché une volatilité similaire. En comparaison, le taux de chômage dans le secteur du tourisme en Colombie-Britannique a connu moins de fluctuations, avec un minimum de 2,4 % en juillet et un maximum de 4,4 % en septembre.

Les taux de chômage mensuels à l’échelle nationale (le tourisme par rapport à la population active)

Le taux de chômage du tourisme a été plus bas que dans l’ensemble de l’économie tout au long de l’année. Le tourisme a affiché son plus faible taux de chômage durant le mois de septembre.

Les taux de chômage annuels (le tourisme par rapport à la population active), 2005 à 2018

De 2005 à 2008, le taux de chômage du tourisme reflétait de près celui de l’économie canadienne. Toutefois, depuis 2008, ces taux ont commencé à diverger. Le taux de chômage du tourisme a été systématiquement environ un point de pourcentage en dessous du taux de chômage global depuis 2009, bien que cet écart se soit rétréci en 2019.

canada_gov Financé par le Gouvernement du Canada par le biais du Programme d’appui aux initiatives sectorielles.

 

Les opinions et interprétations contenues dans cette publication sont celles de l’auteur et ne reflètent pas nécessairement celles du gouvernement du Canada.

Source : Adapté de Statistique Canada, Enquête sur la population active (EPA). Cela ne constitue pas une approbation de ce produit par Statistique Canada.