Nous sommes ici pour soutenir les 1,8 million de personnes qui travaillent dans le secteur du tourisme au Canada, de la première ligne aux cadres supérieurs, du nouvel entrepreneur à l’entreprise bien établie, et de l’établissement unique à la chaîne nationale.

Le tourisme a été durement et rapidement touché par les efforts mondiaux nécessaires pour assurer la sécurité et la santé de tous dans cette situation sans précédent.

Tous les paliers gouvernementaux mettent en œuvre des programmes pour aider les entreprises à garder la tête hors de l’eau et les particuliers à faire face à la perte de revenus. Mais quel est le programme qui vous convient le mieux? Et comment y accéder? Vous trouverez ci-dessous les réponses aux principales questions que nous recevons de partout au pays.

Vous avez une question à laquelle vous ne trouvez pas de réponse ici? Dites-le-nous! Soumettez-la via notre page Nous joindre ou envoyez-la directement à info@tourismhr.ca.

Pour obtenir de l’information en matière de santé et de sécurité, veuillez consulter notre Centre de ressources sur le coronavirus et cliquer sur le lien correspondant à l’autorité sanitaire pertinente.

FAQ pour les entreprises et les employeurs

Les entreprises, les organisations à but non lucratif et les organismes de bienfaisance qui subissent une perte de revenus d’au moins 30 % (ou 15% en mars 2020) en raison de la pandémie, par rapport au même mois en 2019, pourront bénéficier de la Subvention salariale d’urgence du Canada (SSUC). Le nombre d’employés n’est pas un facteur. Les organisations récemment créées peuvent utiliser les revenus moyens des mois de janvier et de février 2020, plutôt que ceux du mois de mars 2019, pour déterminer s’ils sont admissibles à la SSUC. Les organismes de bienfaisance et celles sans but lucratif peuvent choisir d’exclure le financement gouvernemental lors du calcul de leur perte de revenus.

Les travailleurs recevront une subvention de 75 % sur les premiers 58 700 dollars, ou jusqu’à 847 dollars par semaine, pendant un maximum de douze semaines. La subvention sera rétroactive au 15 mars et sera administrée par l’intermédiaire du portail Mon dossier d’entreprise de l’Agence du revenu du Canada. Les employeurs devront présenter une nouvelle demande pour chaque mois où ils perçoivent 30% de revenus en moins. Les employeurs devront tenir des registres afin de démontrer la réduction de leurs revenus sans lien de dépendance et la rémunération versée aux employés. D’autres renseignements seront annoncés prochainement.

Pour en savoir plus, cliquez ici.

Les employeurs qui n’atteignent pas le seuil de 30% pourront toujours bénéficier de la subvention salariale de 10% pour les petites entreprises. La subvention équivaut à 10 % de la rémunération que vous versez du 18 mars 2020 au 19 juin 2020, jusqu’à 1 375 $ pour chaque employé admissible à un montant maximum total de 25 000 $ par employeur. Pour en savoir plus, cliquez ici.

Le gouvernement fédéral prolonge la durée maximale du programme de Travail partagé de 38 semaines à 76 semaines. Le programme de Travail partagé est offert aux travailleurs qui acceptent de réduire leurs heures de travail normales en raison de développements échappant au contrôle de leurs employeurs. Pour en savoir plus, cliquez ici.

Nous offrons des modules de formation en ligne gratuits par le biais de notre système de gestion de l’apprentissage en tourisme Emerit. Voyez la liste des cours disponibles ici.

L’Association canadienne de la paie a compilé une excellente ressource en ligne contenant de nombreux renseignements. Consultez-la ici.

Pour en savoir plus sur le cadre juridique dans lequel vous pouvez vous préparer, gérer et faire face aux développements causés par la propagation de ce virus, cliquez ici.

Le gouvernement fédéral a mis en place un Programme de crédit aux entreprises (PCE) pour fournir 65 milliards de dollars de soutien supplémentaire par le biais de la Banque de développement du Canada (BDC) et d’Exportation et développement Canada (EDC). Ce programme comprend les trois initiatives suivantes.

  1. Le Compte d’urgence pour les entreprises du Canada, qui permet d’accorder des prêts sans intérêt pouvant atteindre 40 000 $ aux petites entreprises et aux organismes sans but lucratif afin de les aider à couvrir leurs frais d’exploitation (par l’intermédiaire d’institutions financières admissibles en collaboration avec EDC).
  2. Une nouvelle garantie de prêt pour les petites et moyennes entreprises pour les nouveaux crédits d’exploitation et les prêts à terme sur capacité d’autofinancement (par l’intermédiaire des institutions financières admissibles en coopération avec EDC).
  3. Un nouveau programme de prêts conjoints pour les petites et moyennes entreprises qui peut fournir des prêts à terme pour les besoins de trésorerie opérationnels (par l’intermédiaire d’institutions financières admissibles en coopération avec la BDC).

Les entreprises intéressées doivent travailler avec leurs institutions financières actuelles. Les détails de ces initiatives sont disponibles ici.

Le gouvernement fédéral a également annoncé des options pour différer le paiement de l’impôt sur le revenu et la remise des taxes de vente.

Certaines banques proposent des reports de paiement pour les hypothèques. Renseignez-vous auprès de votre banque pour savoir si vous remplissez les conditions requises.

Certains propriétaires font preuve de souplesse en ce qui concerne le paiement du loyer. Menu, le magazine canadien des services alimentaires, a publié une liste de questions, de réponses et de ressources (en anglais seulement).

De nombreuses régions offrent une aide pour les coûts tels que l’électricité, les redevances touristiques, les taxes municipales, etc. Prenez contact avec votre gouvernement provincial/territorial et votre municipalité pour savoir ce qui est offert dans votre région.

Restaurants Canada dispose d’une excellente liste de réponses et de ressources. Vous pouvez y accéder ici.

L’Association des hôtels du Canada (HAC) dispose d’une excellente liste de réponses et de ressources. Vous pouvez y accéder ici.

L’Association touristique autochtone du Canada (ATAC) a lancé un Fonds de relance de développement pour les entreprises touristiques canadiennes en réponse à la COVID-19. Pour en savoir plus, cliquez ici.

L’Association de l’industrie touristique du Canada (AITC) dispose d’une excellente liste de réponses et de ressources. Vous pouvez y accéder ici.

Vous pourriez également bénéficier de l’aide de votre agence de développement régional. Pour en savoir plus, cliquez ici.

FAQ pour les employés

La Prestation canadienne d’urgence (PCU) est une prestation imposable de jusqu’à 2 000 $ par mois pendant un maximum de 24 semaines offertes aux travailleurs qui ne reçoivent pas de salaire en raison de la COVID-19. Cela inclut les personnes suivantes :

  • les travailleurs qui doivent cesser de travailler en raison de la COVID-19 et qui n’ont pas accès à un congé payé ou à une autre aide au revenu – cela comprend les travailleurs qui ont épuisé leurs prestations d’assurance-emploi;
  • les travailleurs qui sont malades, en quarantaine ou qui prennent soin d’une personne atteinte de la COVID-19;
  • les parents qui ont un emploi, mais doivent rester à la maison sans rémunération pour s’occuper de leurs enfants malades ou qui sont à la maison en raison de la fermeture des écoles et des garderies;
  • les travailleurs qui ont toujours leur emploi, mais ne sont pas payés parce qu’il n’y a pas assez de travail actuellement et que leur employeur leur a demandé de ne pas venir travailler;
  • les salariés, y compris les propriétaires d’entreprises, et les travailleurs indépendants, y compris les travailleurs contractuels, qui ne seraient pas autrement admissibles à l’assurance-emploi.

La procédure de demande est ouverte. Les demandeurs devraient recevoir leur premier paiement dans les dix jours suivant la demande.

Les travailleurs qui remplissent toutes les conditions suivantes ont droit à la PCU :

  • vivre au Canada et être âgés d’au moins 15 ans;
  • avoir cessé de travailler en raison de la COVID-19 ou être admissibles aux prestations régulières ou de maladie de l’assurance emploi;
  • ne pas avoir quitté volontairement leur emploi;
  • avoir gagné un revenu d’au moins 5 000 $ en 2019 ou dans les 12 mois précédant la date de la demande.

Le 15 avril, le gouvernement a annoncé les changements suivants aux règles d’admissibilité :

  • permettre aux personnes de gagner jusqu’à 1 000 $ par mois pendant qu’ils reçoivent la PCU;
  • étendre la portée de la PCU aux travailleurs saisonniers qui ont épuisé leur droit aux prestations régulières de l’assurance-emploi et qui ne sont pas en mesure d’entreprendre leur travail saisonnier régulier en raison de l’éclosion de la COVID 19;
  • étendre la portée de la PCU aux travailleurs qui ont récemment épuisé leur droit aux prestations régulières de l’assurance-emploi et qui ne sont pas en mesure de trouver un emploi ou de retourner au travail en raison de la COVID-19.

Pour obtenir plus de détails, consultez ces questions et réponses.

Nous offrons des modules de formation en ligne gratuits par le biais de notre système de gestion de l’apprentissage en tourisme Emerit. Voyez la liste des cours disponibles ici.

Mes heures de travail ont été réduites. Y a-t-il une assistance pour aider à joindre les deux bouts?

Vous pourriez être admissible au programme de Travail partagé. Si vous répondez oui aux trois questions suivantes, découvrez comment faire une demande ici.

  1. Êtes-vous un employé permanent, à temps plein ou à temps partiel, nécessaire pour assurer les fonctions quotidiennes de l’entreprise (« personnel de base »)?
  2. Êtes-vous admissible à l’assurance-emploi?
  3. Acceptez-vous de réduire vos heures normales de travail selon le même pourcentage et de partager le travail disponible?

Vous êtes probablement admissible à la prestation canadienne d’urgence (PCU). Pour obtenir plus de détails, consultez ces questions et réponses.

Selon l’annonce de la prestation canadienne d’urgence (PCU), tous les Canadiens qui ont cessé de travailler en raison de la COVID-19, qu’ils soient admissibles ou non à l’assurance-emploi, devraient pouvoir recevoir la PCU pour leur assurer un accès rapide au revenu de soutien dont ils ont besoin. Pour obtenir plus de détails, consultez ces questions et réponses.

Vérifiez auprès de votre employeur si vous êtes couvert par une politique de congé de maladie. Si ce n’est pas le cas, vous avez probablement droit à la prestation canadienne d’urgence (PCU). Pour obtenir plus de détails, consultez ces questions et réponses.
Vérifiez auprès de votre employeur si vous êtes couvert par une politique de congé familial. Si ce n’est pas le cas, vous avez probablement droit à la prestation canadienne d’urgence (PCU). Pour obtenir plus de détails, consultez ces questions et réponses.
Vérifiez auprès de votre employeur si vous êtes couvert par une politique de congé familial. Si ce n’est pas le cas, vous avez probablement droit à la prestation canadienne d’urgence (PCU). Pour obtenir plus de détails, consultez ces questions et réponses. Le gouvernement fédéral augmente également l’Allocation canadienne pour enfants; les parents recevront ce paiement en mai. (Si vous ne recevez pas encore cette allocation, vous pouvez en faire la demande ici.)

Les Canadiens qui perçoivent déjà des prestations d’assurance-emploi (régulières ou de maladie) continueront à en bénéficier. Vous ne devez pas demander la prestation canadienne d’urgence (PCU). Si vos prestations d’assurance-emploi prennent fin avant le 3 octobre 2020 et que vous ne pouvez pas retourner au travail en raison de la COVID-19, vous pourriez demander la PCU une fois que vos prestations d’assurance-emploi cesseront.

Vous avez probablement droit à la prestation canadienne d’urgence (PCU). Pour obtenir plus de détails, consultez ces questions et réponses.

Les travailleurs qui quittent volontairement leur emploi ne sont pas admissibles à l’assurance-emploi (AE) ou à la prestation canadienne d’urgence (PCU).

En vertu du code, les employés ont 3 droits fondamentaux :

  • le droit de savoir;
  • le droit de participer; et
  • le droit de refuser un travail dangereux.

Voyez tous les détails ici.

Jennifer Robson, professeure agrégée de gestion politique à l’Université de Carleton, a dressé une liste complète de ressources (y compris les sites web et les numéros de téléphone) et l’a partagée sur Google Docs. Accédez au document ici (en anglais seulement).

FAQ en matière de santé mentale

Les perturbations soudaines et sans précédent entraînées par cette pandémie font que beaucoup d’entre nous se sentent anxieux, inquiets et même effrayés. Nous encourageons tout le monde à demander de l’aide si nécessaire. Vous trouverez ci-dessous une liste de ressources nationales qui peuvent vous aider à gérer le stress ou à demander une aide supplémentaire :

  • Services de crise du Canada : 1-833-456-4566 ou par texto 45645; 1-866-277-3553 (du Québec)
  • Jeunesse, J’écoute : 1-800-668-6868
  • Ligne d’écoute d’espoir pour le mieux-être des Premières Nations et des Inuits : 1-855-242-3310
  • Ligne d’écoute pour les jeunes autochtones : 1-877-209-1266